mercredi 23 novembre 2011

Motion sur le FLNKS du PALIKA : congrès de Ponérihouen 2011

Symptomatique, après avoir combattu pour ouvrir le FLNKS aux autres composantes de la mouvance nationaliste pendant des années, et au moment où tout le monde prône le rassemblement, l'ouverture, l'unité, et un congrès national le 21 janvier 2011, voilà le PALIKA version mai 2009 qui sort à son mini-congrès de Ponérihouen une motion pour maintenir le Front à quatre partis... Autrement dit, c'est une motion anti-DUS. On suppose que la réflexion a été très dense !


MOTION N°5 sur le FRONT DE LIBÉRATION NATIONALE KANAK ET SOCIALISTE
Le Congrès de la NC, élu à l’issue des provinciales de 2014 aura à décider une majorité des 3/5 de l’organisation de la consultation de sortie de l’ADN.
Réuni en Congrès à Pwârâïriwâ les 11, 12 et 13 novembre 2011 le PALIKA salue l'engagement du FLNKS, depuis sa création, dans le combat pour l'accession à l'indépendance de la KNC.

Néanmoins, depuis 2 ans, le PALIKA constate le rapprochement de dirigeants de certains partis du Front avec le RUMP et l’Avenir Ensemble, dénonce l’affichage d'une ligne néo coloniale au sein du FLNKS et les pratiques des alliances contre-nature qui nuisent à l'efficacité de son action politique.

Dans ce contexte, le PALIKA réaffirme son engagement au sein du FLNKS pour la mise en oeuvre de l'ADN, qu'il considère être la feuille de route pour l'accession à l'IKRS et appelle ses militants à investir les chantiers y afférant.
Le PALIKA réaffirme la composition actuelle du Front : PALIKA, UC, RDO, UPM et considère le bureau politique comme étant la seule instance reconnue du Front habilitée à s'exprimer en son nom.

S'agissant des moyens de communication du FLNKS, le PALIKA demande à ses militants d'investir les instances décisionnelles de la Radio Djiido et de contribuer à la rédaction du journal du FLNKS.

Par ailleurs, le PALIKA demande de poursuivre la mise en place de la cellule auprès du BP du FLNKS pour le suivi des relations extérieures et réitère sa position en faveur de l’intégration de la NC au groupe FER DE LANCE en tant que pays mélanésien.

lundi 21 novembre 2011

Motions du 42e congrès de l'Union Calédonienne de novembre 2011

42ème CONGRES UNION CALEDONIENNE - 11 -12 et 13 NOVEMBRE 2011 – KOE – DUMBEA
----------
DJUBEA – KAPUME
« Mettre notre rêves à portée de main » R.P.


MOTION DE POLITIQUE GENERALE

Réuni en 42e congrès à Koé Dumbéa dans la région Djubéa Kapume le Mouvement d’Union Calédonienne

 Considérant le projet de Constitution du Pays souverain,
 Considérant l’Accord de Nouméa, processus irréversible pour l’accession à la pleine souveraineté nationale,

Réaffirme :

• l’Accord de Nouméa en tant que dispositif de décolonisation et d’émancipation du Pays.

• que l’accession à la pleine souveraineté, le processus de sortie, le corps électoral citoyen, le maintien de la clé de répartition sont des acquis.

• que l’objectif de reconquête du pouvoir énoncé en 2005 au Congrès de Ko We Kara demeure.

Réaffirme :

• Son inscription totale dans le bilan de l’Accord de Nouméa, les transferts de compétences, l’évolution de la citoyenneté en nationalité, la mise en œuvre des moyens de financement de l’indépendance, les réformes structurelles, éléments qui participent à l’exercice de la souveraineté nationale.

• Son engagement pour la construction d’une communauté de destin pour le Pays.

A ce titre, le Mouvement d’Union Calédonienne :

• S’engage à préparer le Pays à assumer les compétences régaliennes, la défense, la monnaie, la justice, les affaires étrangères, l’ordre du public – objet de référendum de sortie

• Décide de mettre en œuvre les mesures visant à la concrétisation, à tous les niveaux, la citoyenneté, élément constitutif de l’identité du pays en devenir

Engage:

Ses structures et ses militants à faire preuve de vigilance face aux dangers visant à la déstabilisation de notre démarche politique.

---------------------


MOTION relative au FONCIER


Réuni en 42e congrès à Koé Dumbéa dans la région Djubéa Kapume le Mouvement d’Union Calédonienne

1- Constatant que la réforme foncière engagée depuis 1978 a permis la RESTITUTION PARTIELLE de l’identité kanak par des attributions foncières,
Considérant que des clans légitimes n’ont pas été satisfaits en trente ans de REFORME,

Le 42èmé congrès « mettre nos rêves a portée de main » réaffirme la poursuite de la revendication foncière au titre du LIEN A LA TERRE par la réhabilitation identitaire des clans.

2 - Constatant l’existence et la persistance du CONTENTIEUX COLONIAL avec l’Etat français sur le foncier et le rôle d’accompagnement de l’ADRAF à travers les restitutions des terres,

Le 42ème Congrès UC « mettre nos rêves a portée de main » prend acte du transfert de l’ADRAF au Pays et exige des moyens financiers et humains conséquents de l’Etat pour poursuivre ses missions.

3 - Considérant que l’Accord de Nouméa a acté les notions de destin commun et de citoyenneté,

Le 42ème Congrès UC « mettre nos rêves a portée de main » décide de la mise en place d’une commission des statuts des terres :

- pour définir les notions de cohabitation entre les différents citoyens du Pays,
- pour proposer des outils et des méthodes pour améliorer l’accès au foncier afin de satisfaire les besoins nouveaux de développement social et économique.

Le 42ème Congrès UC « mettre nos rêves a portée de main » habilite les instances du mouvement à définir la composition et le mode de fonctionnement de la commission à partir de l’année 2012.

----------------------


MOTION RELATIVE A L’ECONOMIE


Réuni lors de son 42ème congrès à Koé, Dumbéa dans la région DJUBEA KAPUME, le Mouvement d’Union Calédonienne statue sur la présente motion.

Conformément à la motion prise lors du 40ème congrès concernant l’économie durable et à la motion prise lors du 41ème congrès concernant la stratégie économique :

Constatant le fort potentiel de richesses du Pays, ses ressources naturelles, son environnement et sa biodiversité qui est la première de ses richesses.

Constatant que le développement industriel échappant à toute modélisation de répartition de richesses et de fait, à toute contribution à la solidarité du pays, accentue fortement la fracture sociale que le Pays connaît et qui écartent du système une trop grande partie de nos citoyens et notamment notre jeunesse.

Constatant que notre dépendance alimentaire, nous rend largement tributaire de l’importation pour notre consommation

Constatant que le maintien du pouvoir d’achat est la préoccupation première des citoyens du Pays, et notamment la vie chère qui résultent de causes exogènes liées à la hausse des prix des matières, mais surtout à des causes endogènes liées à une déstructuration du marché interne

Constatant que le système foncier ne joue plus son rôle de modérateur social et ne contribue pratiquement plus à la création de richesses.

Constatant que le pays doit se préparer à des bouleversements structurels qui se dessinent avec les effets d’une crise mondiale sans précédent, qui ne lui permettront plus de tenir le niveau de dépense publique actuel.

Constatant l’absence de stratégie minière et métallurgique à l’échelle du pays


Le 42ème Congrès de l’Union Calédonienne

Considérant que les richesses appartiennent autant aux citoyens actuels qu’aux générations futures, il convient de veiller au respect d’un partage équitable lorsqu’elles sont exploitées au profit des citoyens et des générations futures.

Considérant que le patrimoine naturel est le plus important atout, que nous avons le devoir de le protéger, de le perpétuer et de le faire prospérer. Que toute exploitation de ce patrimoine doit faire l’objet d’un véritable pilotage en conformité avec les outils stratégiques, et d’un suivi par une structure de gouvernance Pays.

Considérant que la richesse produite à partir de nos ressources naturelles, doivent obligatoirement être fiscalisées, pour qu’elle participe à l’effort de solidarité et à une juste répartition dans la société.

Considérant que la diversification du tissu productif est une nécessité pour assurer l’équilibre de notre dépendance économique par rapport à l’activité du nickel, en appliquant les concepts de l’économie verte et bleue, pour valoriser notre savoir faire, nos compétences et nos valeurs.

Considérant que la création de pouvoir d’achat passe obligatoirement par l’insertion des populations dans le système économique, la création et la captation de richesses, et la valorisation des hommes par de la formation professionnelle. Qu’il est utile pour cela de mettre en adéquation le système de valorisation des hommes avec la réalité économique et sociale du Territoire.

Considérant que le système foncier doit devenir productif et permettre la réinstallation à la terre des populations pour leur assurer « le mieux vivre ».

Considérant que dans le cadre de la sortie institutionnelle qui s’annonce, la crise mondiale dont nous voyons les prémices se révéler de jour en jour, la dépense publique doit être faire l’objet d’une attention particulière pour que les paiements engagés soient la juste et réelle rémunération d’un service ou d’un bien dans le cadre du développement du Pays et de ses populations.

Le 42ème Congrès de l’Union Calédonienne :

Décide que la répartition de nos richesses dès lors qu’elles proviennent de l’exploitation de nos ressources naturelles doivent faire l’objet d’une fiscalisation juste et équitable qui profitent à nos populations, faire l’objet d’un pilotage et d’un suivi assuré par les outils de gouvernance mis en place par le Pays.

Décide que notre biodiversité est sanctuarisée car elle est notre richesse la plus importante.

Décide que la création d’un tissu productif local est une priorité et doit s’appuyer sur des concepts de l’économie durable qui assurera une croissance verte.

Décide que la terre doit devenir productive et être gérée pour réinstaller les populations afin de leur assurer « le mieux vivre », d’assurer l’auto production alimentaire du Pays et de structurer les outils d’aménagement et d’accompagnement nécessaires dans cette phase transitoire.

Décide d’engager une réflexion et des actions concrètes pour optimiser la dépenses publiques, mettre l’institution au service de la population, et s’assurer que le citoyen soit au centre du dispositif économique.

Acte la nécessité de créer une structure pays où l’ensemble des collectivités de la kanaky soient représentées. Ceci ayant pour but de :

- Coordonner et optimiser l’exploitation du Nickel et autres matières premières (fer, cobalt, chrome, …)
- De se doter d’un véritable pouvoir de négociation sur le marché international

dimanche 20 novembre 2011

A propos du terme "Transfuge"...

Ainsi, les militants de la DUS seraient des transfuges du Palika selon les grands communicateurs de ce parti qui aurait réaffirmé des fondamentaux ( ?) lors de son dernier Congrès.
Le terme « Transfuge » a-t-il été employé d’une manière anodine, étant l’expression d’une banalisation à outrance des termes sans un moindre effort de réflexion ?
Ou bien ce terme a été choisi d’une manière intentionnelle pour compenser un état d’esprit en déliquescence traduisant un parti aux abois depuis l’accumulation de défaites et d’échec depuis mai 2009.

Revenons au terme de « transfuge ».
Dans le dictionnaire du Littré (sur internet), nous trouvons ceci :
1 - Celui qui, à la guerre, abandonne son drapeau pour passer dans les rangs ennemis. On a su par un transfuge qui s'est venu rendre à Maestricht, que les Hollandais avaient déjà perdu devant Grave bien près de quatre mille hommes. [PELLISSON, Lettres historiques]
2 - Fig. Celui qui abandonne son parti pour passer dans le parti contraire. Le témoignage seul d'un homme obscur, d'un transfuge de toutes les religions. [MASSILLON, Carême, Doutes sur la relig.]

On dit dans un sens analogue : transfuge de la vertu, des bons principes. Ce sont des transfuges qui craignent les lois qu'ils ont violées, et regrettent les vertus qu'ils ont perdues. [BARTHELEMY, L'atlas du Voyage du jeune Anacharsis]
En un sens qui n'est pas défavorable. Transfuge des routes ingrates De l'infructueux Hélicon, Dans les retraites des Socrates J'allais jouir de ma raison. [GRESSET, La Chartreuse]
Par exagération, qui va d'une demeure à une autre. Du palais des représentants à l'Élysée [où demeurait Napoléon Ier], on se voit à nu ; et tout est mis à jour par de fréquents transfuges. [Villemain, Souvenirs contemporains, les Cent-Jours, ch. XI]

REMARQUE " Transfuge : ce mot est nouveau, mais reçu avec applaudissement, à cause de la nécessité que l'on en avait.... transfuge.... est quiconque quitte son parti pour suivre celui des ennemis, " VAUGEL. Rem. t. II, p. 760, dans POUGENS. Vaugelas se trompe ; le mot n'est pas nouveau ; seulement il était tombé en désuétude, ou du moins il a été employé par Bercheure, qui le tirait de Tite-Live.

Ainsi, nous déduisons succinctement les enseignements suivants si nous suivons à la lettre cette définition.
1 – Les ex-militants, aujourd’hui membres de la DUS, seraient sortis du Palika pour rejoindre le camp des ennemis, c'est-à-dire le camp de l’Unité des indépendantistes dans le sud (?). Donc, les ennemis sont l’UC, le RDO, et l’UPM… les autres partis du FLNKS !



2 – Les ex-militants seraient sortis du Palika pour intégrer une autre organisation politique. Pur mensonge ou pur fantasme ? Les deux peut-être ? Les militants en question ont créé un nouveau mouvement qui est la Dynamik Unitaire Sud. Donc, ils n'ont pas du tout adhéré à un autre parti.
En fait, cette communication est symptomatique d’un état d’esprit de paranoïa. Ceci s’est formé progressivement avec une belle montée en puissance.

Et, le pire est à venir.



Kanaky, le 21 novembre 2011.

dimanche 6 novembre 2011

"Penser national, Agir local": la Démarche Unitaire Sud officialisée...

C'est samedi 5 novembre 2011 que les militants de l'ex-Palika Sud ont décidé d'inviter la presse pour présenter la Dynamik Unitaire Sud (DUS). Une présentation, sommaire certes, mais ô combien importante pour la suite.
Présentation...


Après quelques mois de questionnement de la part des médias, des partis politiques et des militants sur le Palika Sud, les ex-camarades du Palika Sud, le cas Sylvain Pabouty, Sylvain Pabouty et ses amis ou autres, il est temps aujourd’hui, à la veille des congrès annuels de la plupart des organisations politiques indépendantistes, de clarifier la situation.
En fait, derrière ces termes de médias, il est question de militants qui prônent une démarche et qui s’organisent dans un mouvement.

1 - Des militants…
Regroupés autour de l’appellation «Dynamik Unitaire Sud» (DUS), nous sommes des militants qui étions organisés, hier, dans le PALIKA mais qui, aujourd’hui, ne se reconnaissent plus dans ses prises de positions politiques développés ces derniers temps.
Nous sommes des militants, ancrés dans le FLNKS, impliqués dans le Sud, notamment dans les communes comme Nouméa, Mont Dore, Dumbéa, Païta, Boulouparis, Sarraméa, Moindou et Thio. Et, des sympathisants à Bourail, Yaté et Île des Pins.
Des militants qui pensent qu’il faut renouveler les analyses politiques pour organiser autrement la reflexion et l'action politique.


Nous sommes convaincus que l’analyse et la démarche politiques globales du pays doivent prendre en compte deux réalités : Les deux provinces indépendantistes, Nord et îles,d'une part, et la province sud, loyaliste, où les conditions de lutte sont bien différentes, d'autre part.

2 - Une démarche…
S’inscrivant dans une logique unitaire, la démarche du mouvement DUS respecte les décisions adoptées lors des réunions du FLNKS. Par conséquent, la démarche assume toutes les initiatives importantes prises, au nom de l’unité des nationalistes, depuis mai 2009.

La logique unitaire
La Dynamik Unitaire Sud est une démarche qui s’inscrit dans la logique de la liste unitaire du FLNKS dans le sud lors des dernières élections provinciales de mai 2009.
Cette logique était de ne pas réitérer l’erreur stratégique de mai 2004 et s’unir pour que les indépendantistes entrent dans l’assemblée de la Province Sud.
Car, c’est dans l’espace « assemblée de province sud » qu’un travail doit être menée pour :
1 – Améliorer les conditions et le cadre de vie des citoyens, notamment des plus démunis
2 – Promouvoir l’identité kanak
3 – Créer les conditions favorables pour une meilleure représentation des indépendantistes et des progressistes en 2014

Le respect des décisions…
La Dynamik Unitaire Sud est une démarche qui respecte les résolutions et décisions adoptées lors des réunions du FLNKS. Ainsi, conformément à la résolution adoptée à la convention du FLNKS qui s’est tenue à St Paul (Thio) le 30 janvier 2009 qui recommandait un regroupement des élus du Front autour d’une seule bannière au Congrès, la Dynamik Unitaire Sud a soutenu le groupe FLNKS au Congrès. Et, par conséquent, elle a, également voté, par l’intermédiaire de l’élu FLNKS du Sud, Sylvain Pabouty, la liste du Front pour la formation du gouvernement collégiale.

Le soutien aux initiatives prises depuis mai 2009
La Dynamik Unitaire Sud a soutenu toutes les initiatives entreprises par le groupe FLNKS depuis jusqu’à aujourd’hui. Les initiatives sont pour l’essentiel :
- L’élection d’un nouveau gouvernement en 2011
Considérant qu’il était nécessaire d’apporter un nouveau souffle à la liste FLNKS et soucieuse de l’unité de la famille indépendantiste, la Dynamik Unitaire Sud a apporté sa caution à la liste d’alliance FLNKS/PT dans le gouvernement Martin. Rappelons que dans cette liste, pour représenter le mouvement DUS, il y avait Jean Marie Ayawa, Sylvain Boiguivie et Sylvain Pabouty.
- L’élection de Roch WAMYTAN à la présidence du Congrès
La Dynamik Unitaire Sud a, bien sûr, participé activement et fièrement à l’élection d’un indépendantiste à la tête du Congrès 34 ans après… le vieux Roch Pidjot. Faut-il rappeler au passage que Roch Wamytan tirait la liste FLNKS en mai 2009 et avait le rôle de chef du groupe FLNKS au Congrès.

Par ailleurs, la Dynamik Unitaire Sud, même si elle n’était pas officielle, s’est positionnée sur certains faits marquants sur le plan politique :
- Les deux drapeaux : la reconnaissance et l’affirmation de deux légitimités avant de construire un destin commun….
- Le Comité des signataires à Paris de cette année 2011: Des militants de la Dynamik Unitaire Sud ont fait partie de la délégation du Conseil Politique (FLNKS/PT) et ont pu ainsi participer aux réunions…
- Les sénatoriales : La Dynamik Unitaire Sud regrette une énième division affichée…

Sur l’implication sur le terrain, les militants se reconnaissant dans la démarche DUS se mobilisent activement au sein des forces vives (CNDPA, Comité 150 ans après…, ADLD, UGPE, et les associations dans les quartiers…)

3- Un mouvement…
Le mouvement DUS est en construction. Le choix est de ne pas figer l’organisation afin de favoriser l’expression et la responsabilisation des militants.

Le champ d’action : « Penser national, agir local… »
La Dynamik Unitaire Sud (DUS) est un mouvement qui opèrera dans la réalité particulière dans le sud.

La composition : Des militants engagés dans la vie institutionnelle et sociale…
La Dynamik Unitaire Sud (DUS) est composée d’anciens militants PALIKA qui se sont engagés dans la liste FLNKS Sud lors des provinciales de mai 2009. Aujourd’hui, ces militants exercent actuellement des responsabilités institutionnelles : Congrès, Gouvernement, Province Sud et communes…

D’autres se sont engagés et continuent à s’engager dans les mouvements sociaux : CNDPA, Comité 150 ans après…, ADLD, UGPE, Associations dans les quartiers, etc.

Le fonctionnement : simple et direct


Le mouvement DUS mettra en place un fonctionnement simple et direct dans lequel il y a moins d’intermédiaires.
Le fonctionnement s’appuiera sur deux piliers :
- La cellule relais
- La Coordination générale

Les prises de décision : le consensus a une place importante avec un équilibre entre l’institutionnel et le terrain.
La préoccupation est d’être au plus près de la réalité sociale du pays, notamment de la province sud.

Kanaky, le 7 novembre 2011

-----------------

Retranscription "mot à mot" d'une interview dans une radio de la place...Madoÿ apprécie même si l’on doit redoubler de vigilance, surtout quand la droite caresse dans le sens du poil…


Journaliste : La naissance d'un nouveau mouvement au sein de la mouvance indépendantiste. La Dynamique unitaire Sud officialise son divorce avec le Palika.

Journaliste : Il est composé d'anciens militants du Palika Sud, qui s'étaient engagés sur la liste unitaire FLNKS, lors des élections provinciales, et qui ont décidé de prendre leur distance avec le parti de Paul Néaoutyine. Sylvain Pabouty devient donc le chef de file de ce nouveau parti qui s'inscrit dans toutes les décisions adoptées par le FLNKS depuis mai 2009. C'est d'ailleurs en ça que la Dynamique unitaire Sud est en opposition au Palika. Elle approuve l'entente constituée entre le Rassemblement, l'Avenir ensemble, l'UC et le Parti travailliste, et elle soutient notamment l'initiative des deux drapeaux :

Sylvain Pabouty : Nous, on pense qu'il ne faut pas s'attarder sur les modalités. Le plus important, c'est ce qu'on veut faire ensemble. Si une entente, une alliance ou un pacte consiste à lever le drapeau, c'est-à-dire le drapeau bleu blanc rouge et le drapeau Kanaky, nous, on est pour cette discussion-là qui aboutit à un résultat. Parce que, derrière la levée des deux drapeaux, c'est aussi la reconnaissance mutuelle entre deux légitimités : la légitimité légale d'une majorité anti-indépendantiste, ici, en Nouvelle-Calédonie, mais aussi, il y a la légitimité du premier peuple occupant de ce pays, donc, le peuple kanak, le peuple autochtone. Et donc, avant de parler de destin commun, il est souhaitable quand même qu'il y ait une reconnaissance mutuelle entre deux légitimités.

Journaliste : La Dynamique unitaire Sud soutient également la liste d'alliance FLNKS – Parti travailliste dans le gouvernement et bien sûr l'élection de Rock Wamytan à la présidence du Congrès. Sylvain Pabouty :

Sylvain Pabouty : Si le pacte ou l'alliance ou l'entente permet de voir l'élection de Rock Wamytan à la tête de la plus grande instance de la Nouvelle-Calédonie, qu'est le Congrès, 34 ans après l'élection de Rock Pidjot, ben, je pense qu'on ne peut pas trop réfléchir, il ne faut pas philosopher. Je crois qu'il faut faire en sorte, effectivement, qu'il y ait un Kanak à la tête, puisqu'il fallait bien trouver une majorité, d'autant plus qu'il y en avait qui étaient anti, de gauche ou de droite, ils ont voté contre l'élection de Rock Wamytan. On peut citer un certain nombre d'exemples. Nous pensons qu'alliance ou entente, ce sont des modalités, ce sont des termes. Mais le plus important, c'est qu'est-ce qu'on peut faire ensemble pour pouvoir, premièrement, concrétiser l'Accord de Nouméa, et deuxièmement, faire en sorte qu'on construise ce destin commun.

Journaliste : Autant de positions politiques qui distinguent ces anciens militants du Palika Sud de Paul Néaoutyine. Mais comme son nom l'indique, ce nouveau parti est implanté dans la province Sud et il inscrit son action de l'île des Pins à Bourail. La Dynamique unitaire Sud fait le constat que le Sud rassemble 75 % de la population calédonienne et qu'il y a autant de Kanaks dans la province Sud que dans les deux autres provinces réunies. Ce sont leurs revendications et leurs souhaits qu'elle prétend porter, notamment en renforçant la représentation indépendantiste au sein de l'assemblée de la province Sud et en prenant un rééquilibrage au sein de la province Sud.

-------------

Vu sur Facebook...






• Les indignés de Kanaky
Avec la création de la Dynamique Unitaire Sud, une grande parti des déçus du Parti Travailliste(que beaucoup qualifie de parti des affairistes), risque fort de les rejoindre!La grande implication de la "bande à Sylvain" dans les dossiers Pays , leur très grand militantisme, leur simplicité va certainement attirer un très grand nombre de jeunes , et des déçus des autres partis!Nous ne pouvons que leur souhaiter de garder le Cap quoi qu'il advienne !

mardi 1 novembre 2011

Réglement de compte à la Province Sud au sein des anciens partenaires du Pacte Républicain....

Madoÿ se permet de faire part une retranscription du service comm de la Province sud à partir d'une analyse effectuée par une radio de droite le 29 octobre 2011.
C'est toujours intéressant de savoir ce qui se passe chez les autres de la droite...

------------


Journaliste : Pierre Frogier veut un nouvel exécutif pour la province Sud. Pour rendre possible cette réorganisation, il a démissionné jeudi soir de la présidence, Elizabeth Nouar :

Journaliste : Et sa démission provoque la dissolution de l'exécutif provincial qui est composé d'un président et de trois vice-présidents. Dans un communiqué, le premier vice-président, Éric Gay, prend acte de cette démission. Il indique qu'il a convoqué l'assemblée de province pour le 9 novembre. Il s'agira, ce jour-là de procéder à la réélection de l'exécutif. Pierre Frogier sera réélu à la présidence, mais les trois vice-présidents qui ont été élus en mai 2009 seront, eux, tous les trois, renouvelés. Éric Gay quittera la 1ère vice-présidence, notamment pour se consacrer à sa campagne en vue des législatives de 2012. Il devrait être remplacé par Alain Lazare. Les deux autres vice-présidents, Philippe Michel et Sonia Lagarde, qui appartiennent à Calédonie ensemble, ne siégeront plus dans l'exécutif provincial. Ce sont Pascal Vittori de l'Avenir ensemble et Cinthia Ligeard du Rassemblement qui devraient, en principe, leur succéder. Par cette réorganisation de l'exécutif provincial, Pierre Frogier dit vouloir impulser une nouvelle dynamique pour mener à terme les grands chantiers qui ont été lancés depuis 2009, notamment le plan jeunesse, la sylviculture ou encore la politique en matière d'habitat social.

Journaliste : Il faut dire que depuis plusieurs mois, la cohabitation était difficile avec les vice-présidents de Calédonie ensemble.

Journaliste : Eh oui, les deux vice-présidents de Calédonie ensemble qui se situent ouvertement dans l'opposition à la politique menée par la majorité provinciale et qui ne s'occupaient plus d'aucun dossier. Sonia Lagarde et Philippe Michel qui, en début de semaine, ont envoyé à tous les agents provinciaux une lettre dans laquelle ils dénoncent leur mise à l'écart, en parlant même de purge. Aujourd'hui, ce sont des agents de la province Sud qui leur répondent, en leur reprochant, et je cite, d'avoir trahi la confiance de Pierre Frogier. Le président du Rassemblement pensait sincèrement vous associer par un pacte républicain à la gestion de la Nouvelle-Calédonie et de la province Sud, écrivent-ils. Il avait même donné à tous les élus du Rassemblement UMP instruction, selon ses propres termes, de travailler en confiance avec les élus de Calédonie ensemble. Au lieu de saisir cette opportunité généreusement offerte, Philippe Gomès l'a interprété comme un signe de faiblesse et a cru, puisqu'on lui offrait la présidence du gouvernement et qu'on lui laissait les vice-présidences de la province, qu'il pouvait continuer à imposer la politique de son parti, malgré sa défaite électorale. Et ces agents de la province Sud concluent ce courrier en indiquant, et je cite toujours : lorsque vous êtes arrivés au pouvoir en 2004, vous avez évincé le Rassemblement UMP de tous les postes pour finalement faire une politique calamiteuse. Souffrez qu'on ne vous autorise plus à enfoncer la province dans cette voie. Aujourd'hui, vous êtes dans l'opposition, puisque vous vous opposez à tout ce que fait ou propose le Rassemblement. Vous auriez donc dû démissionner, au lieu de vous accrocher à vos postes jusqu'à l'inévitable sanction. Une lettre signée des agents de la province Sud et adressée à Sonia Lagarde et à Philippe Michel.