dimanche 29 avril 2012

LA PETITE CHRONIQUE DE Naku press…


Kanaky vit au rythme des commentaires faisant suite au premier tour des présidentielles françaises. Ici les habitudes n’ont pas changé s’agissant des élections nationales françaises, la droite reste en tête : 46% pour Sarkozy et 24% pour Hollande. Le mouvement nationaliste a appelé à voter Hollande, et réitère cet appel pour le deuxième tour. Tradition oblige, on vote à gauche.

Qu’en est-il exactement des discours sur l’avenir de Kanaky, tous les deux candidats parlent d’accompagner, de respecter l’ADN, et que c’est aux calédoniens de décider eux-mêmes de leur avenir. On serait donc tenter de se demander pourquoi aller voter, puisqu’on a l’assurance que l’un ou l’autre s’est engagé à respecter l’esprit de l’ADN. Jusqu’à preuve du contraire, la Kanaky est encore une colonie française, même si certains parlent déjà « d’indépendance au présent » , il y a encore du chemin à faire. Le Mouvement indépendantiste est incontournable certes, mais il y a nécessité que l’on continue à mettre tous les atouts de notre côté pour d’éventuelles discussions futures. Il est question pour nous de faire émerger la Kanaky dans le concert des nations, et pour conforter notre action sur le terrain, il nous faut aussi de bons interlocuteurs au niveau de la puissance de tutelle. A moins d’avoir d’autres solutions alternatives ….

Outre cet évènement majeur, les chaumières grouillent déjà pour les prochaines élections législatives. La droite locale affiche déjà ses candidats , qui sont d’ailleurs en campagne sur le terrain, alors que les indépendantistes discutent encore pour décider de leur candidat ( on espère unique pour chacune des deux circonscriptions). La rue parle déjà des possibilités d’avoir  un député kanak, encore un geste fort de la droite locale, question : n’a-t-on pas déjà assez donné aux kanaks avec la présidence du congrès ? Oups, des raccourcis mais en politique , le bon sens , la logique sont parfois écartés. Le mouvement indépendantiste présentera ses candidats, pour la simple raison que l’Assemblée nationale constitue aussi une tribune à ne pas négliger pour faire avancer les choses.

Laissons les perchoirs et revenons un peu dans le quotidien : la semaine écoulée a été marquée par des colloques , des ateliers de réflexion , axés sur le thème de l’environnement. L’occasion pour les spécialistes en météorologie , d’échanger leur analyse sur les phénomènes climatiques  avec une pointe sur les cyclones. Rares mais plus violentes, c’est l’une des conclusions données par un océanographe de l’IRD sur les cyclones. On va dire que ce sont des tendances mais à enregistrer . La province sud  pour être en phase avec cette semaine de l’environnement a fait voter des textes pour moderniser  ses réglementations en matière d’environnement , on note en passant l’interdiction de la vente des peintures marines contenant du tributylétain. Et c’est le projet phare du gouvernement en la matière qui termine bien la semaine : il s’agit du projet : « Un arbre , un jour , une vie » . Ce projet a donc vécu ce moment tant attendu dans son cheminement : la confirmation de sa dimension régionale. En effet plusieurs pays de la région pacifique étaient présents à la CPS pour la signature de la déclaration commune qui sera lue au prochain sommet de Rio +20. Un projet fédérateur de la zone pacifique, il sera aussi la vitrine de la politique de développement durable de la Nouvelle Calédonie et de toute l’Océanie.
Pour revenir à la vie dans la cité, la délinquance continue à remplir la rubrique Faits Divers des médias.  De l’agression à l’école jusqu’au braquage dans les stations.  C’est l’indicateur d’un malaise social qui continue tranquillement à habiter nos routes, nos quartiers, nos écoles, OMNIPRESENT. Et pourtant le pays déverse de l’argent dans les structures sociales, chargées de l’insertion. Système éducatif adapté ou non, ou encore n’est ce pas là l’indicateur de ce fameux taux de croissance qui produit plus d’inégalités sociales. Perte de repères, les parents baissent les bras, un rythme scolaire  obsolète, des constats faits par une des grandes associations de parents d’élèves – autant d’éléments qui viennent expliquer l’omniprésence , déjà de la « très jeune délinquance ».

Et enfin Naku press terminera cette petite chronique par l’évènement chaud du moment : la grève des surveillantes de cantines. Une grève qui met en exergue la considération de ces petits métiers qui ont leur importance dans le bon fonctionnement d’une école. Insuffisance d’heures pour pouvoir prétendre à une retraite décente, externalisation de certaines tâches : tant d’indicateurs pour afficher clairement la volonté de la Mairie de prioriser ses directives en matière de gestion  avant le social. Oui c’est à l’air du temps de parler de rationalisation des coûts mais pas en ignorant l’existant.

Mise en ligne par Naku press le 29/04/2012 à 23h24

lundi 9 avril 2012

samedi 7 avril 2012

PEUPLES AUTOCHTONES: QU’EST-CE QUI A CHANGÉ EN 500 ANS ?

Vu sur le KOL une message de Guéré... (http://libertesinternets.wordpress.com/2012/04/07/peuples-autochtones-quest-ce-qui-a-change-en-500-ans/)
Posted by libertesinternets under Revue de Web


Des militaires qui chassent des autochtones de leurs terres... rien n'a changé en 500 ans ! Voilà une image qui va rappeler de vieux souvenirs...


Au Brésil dans la région du Mato Grosso, la nation Kayapo lutte pour préserver ces terres contre la construction d'un barrage hydroélectrique à Belo Monte. Malgré de nombreuses protestations et une pétition de plus de 100 000 personnes, le gouverment a envoyé l'armée pour expulser les 40 000 Kayapo de leurs villages. Le barrage sur le Xingu va noyer 400 000 hectáreas de forêt primaire et détruire des millions d'habitats d'espèces rares et protégées ainsi que la vie de milliers de communautés locales. Tout cela pour produire de l'électricité à l'exportation... et ce alors que la Commission Grands Barrages de l'ONU a démontré que l'énergie hydroélectrique obtenue par ces projets n'apportait rien à la diminution des gaz à effet de serre. Les forêts inondées produisent d'énormes quantités de méthane, puissant gaz à effet de serre. Pendant ce temps là, les communautés qui s'opposent à cette spoliation de leurs terres sont traitées de terroristes et tuées ou jetées en prison.