mardi 18 septembre 2012

Communiqué de presse Sur la Coordination Générale de la DUS du samedi 15 septembre 2012

La Dynamik Unitaire Sud (DUS) s'est réunie en coordination générale le samedi 15 septembre 2012 à Nouméa et a analysé une actualité politique et sociale sans cesse changeante tant au niveau du pays qu'au niveau international et régional.
La Dynamik Unitaire Sud (DUS) a également réexaminé son organisation et sa stratégie en fonction des nouvelles donnes conjoncturelles.
Ainsi, la Dynamik Unitaire Sud (DUS) déplore que, depuis les élections législatives, les partis de la droite coloniale adoptent des postures de surenchère par une redroitisation des prises de position. Ce retour à une bipolarisation de la vie politique autour de la question de l'indépendance n'est pas manifestement propice pour construire le destin commun.

La Dynamik Unitaire Sud (DUS) apportera son soutien sur le plan institutionnel pour que les réformes nécessaires pour la société calédonienne ne soient pas bloquées telles la réforme globale de la fiscalité pour le financement des besoins sociaux et des compétences transférées et à transférer, le projet éducatif avec l'enseignement obligatoire des langues kanak, les schémas de transports aérien, terrestre et maritime, la valorisation des terres coutumières, le rééquilibrage entre les provinces et interne à chaque province, etc.

Néanmoins, l'unité affichée et retrouvée de la mouvance nationaliste et progressiste présage de belles perspectives non seulement en vue de 2014 mais également pour faire valoir son projet de société.

La Dynamik Unitaire Sud (DUS), créée le 5 novembre 2011, considère qu'à l'instar des autres mouvements, elle a une place et un rôle à jouer dans la mouvance indépendantiste. La contribution incontestable de la Dynamik Unitaire Sud (DUS) dans la concrétisation d'une marche unitaire et l'implication active de ses militants dans les structures unitaires actuelles militent pour une meilleure reconnaissance au sein de la mouvance nationaliste et progressiste, notamment dans le FLNKS.

La Dynamik Unitaire Sud (DUS) installe progressivement son organisation dans le Sud, notamment dans le Grand Nouméa pour être plus opérationnelle. Elle a pris acte de son logo finalisé portant le slogan « Penser National, Agir Local pour Kanaky ». Elle distribuera un flyer de présentation du mouvement pour une meilleure visibilité.

Avant sa dernière coordination générale de l'année programmée au samedi 17 novembre 2012, la Dynamik Unitaire Sud (DUS) célébrera par une activité le premier anniversaire de sa création le samedi 3 novembre 2012. Rappelons que le mouvement a été créé le 5 novembre 2011.

La Dynamik Unitaire Sud (DUS) proposera aux partenaires indépendantistes et progressistes pour le premier semestre 2013 un séminaire sur le thème : «Le financement de l'Indépendance ».

En attendant, la Dynamik Unitaire Sud (DUS) réaffirme son engagement dans la Dynamique FLNKS Sud – PT qui tiendra son assemblée générale le samedi 6 octobre 2012 à Bourail, le Collectif pour Kanaky 2014, le Comité de Solidarité au Peuple West Papua...

Par ailleurs, la Dynamik Unitaire Sud (DUS) soutient le projet « une tribu dans la ville » des 22, 23 et 24 septembre2012, initié par le Comité 150 ans après... dans le cadre de la célébration de la journée de la Citoyenneté du 24 septembre. Ce projet, une suite logique du « Mwâ Kâ », s'inscrit dans la reconnaissance de l'identité kanak. Loin d'une pratique du « kanako-kanak », le projet « une tribu dans la ville » traduit sur le terrain un principe désormais admis qui postule que plus l'identité kanak et autochtone est reconnue, plus les bases d'une citoyenneté seront solides.

Pour la DUS
Sylvain Boiguivie

dimanche 16 septembre 2012

Naku press publie ci -après un communiqué de la PINA  , l'organisation régionale des médias du Pacifique. 




LA PINA S'ASSOCIE AU DEUIL DE RADIO DJIIDO SUITE AU DECES DE CHARLES PIDJOT.

La PINA 'Pacific Islands News Association' et les collègues des médias de la région Pacifique s'associe au deuil de Radio Djiido et des Médias de la NC qui pleure le décès du Président du Conseil d'Administration de Radio Djiido, Mr Charles Pidjot.

Radio Djiido est l'unique membre Français de la PINA.

Mr Pidjot était Président du CA de RDK depuis 1997 jusqu'à sa mort prématurée cette semaine au Vanuatu des suites d'une longue maladie.

Magaly TINGAL a déclaré : "Il croyait fermement en l'engagement de Radio Djiido dans la grande famille des Médias du Pacifique, je suis la première à l'USP mais  les autres journalistes vont suivre, grâce à Charly (comme il était mieux connu)" a dit l'étudiante pionnière inscrite en Journalisme à  l'Université du Pacifique Sud à Fiji.

Le regretté Mr PIDJOT est combattant de la liberté Kanak et était président du parti politique 'Union Calédonienne' depuis 2007.

Suite à l'annonce de son décès le secrétariat de la PINA a reçu les  messages suivants :

Mme Nanise Fifita, directrice Général de TBC, Tonga Broadcasting Comission, depuis Nuku'alofa-Tonga :

"Reposez en Paix Mr Charles Pidjot, Président du CA de Radio Djiido, nous prions pour votre famille et que le réconfort de Dieu soit avec vous. Ofa Atu et que Dieu vous bénisse".

Mr Michael Jackson, Vice Président de la PINA et éditeur de Niué Star, depuis Nuié :

"je voudrais aussi m'associer aux collègues de la Région pour présenter mes sincères condoléances à la famille de Mr PIDJOT suite à leur perte. Nous la famille des médias et le peuple de Niué pensont à sa famille dans nos prières. Monuina mai he Atua"

Mr Tarun Patel Directeur Général de Fiji TV - depui Suva, Fiji :

"Sincères condoléances à la famille et aux collègues de Mr Pidjot"

Mr Cornnelius Rathamana, Directeur de Solomon Islands Broadcasting Corporation, depuis Honiara, Iles Salomons:

"Au nom du Conseil d'Administration, du personnel et de la direction de Solomon Islands Broadcasting Corporation, je tiens à exprimer nos sincères condoléances aux familles du défunt Charles Pidjot ainsi qu'au personnel de Radio Djiido. Je souhaite que vous vous remettiez rapidement de toutes les situations provoqués par son décès"

Mr Matai Akauola, directeur de la PINA depuis Suva, Fiji :

"L'équipe de la PINA a un moment ou à un autre a eu l'occasion d'interviewer le défunt regretté Mr Charles PIDJOT notamment lors de la rencontre du Groupe Fer de Lance Mélanésien ou pour d'autres forums dans la Région. Je me souviens très bien de Mr Charles PIDJOT quand nous l'avions interviewé en 2011 à l'hôtel Holiday Inn à Suva - Fiji. Je ne savais pas à ce moment là qu'il était le Président du conseil d'Administration de Radio Djiido membre de notre famille PINA. Au nom du Conseil d'administration de la PINA et de nos membres de toute la région Pacifique, nous transmettons à Yvonne et ses deux fils, nos condoléances en cette triste occasion. Aussi nous tenons à remercier Mr PIDJOT d'avoir partagé avec nous sa vision d'un peuple Kanak libre et uni. Vinaka Vakalevu et que le Seigneur Jésus nous apporte à tous le réconfort nécessaire en cette période de deuil"

mardi 11 septembre 2012

DECES DE CHARLES PIDJOT : Communique du Conseil d'Administration d'EDIPOP



Naku press s'associe à l'équipe de radio Djiido pour rendre ce dernier hommage au camarade Charly PIDJOT , président de l'Union Calédonienne et président du CA d'EDIPOP


Le Conseil d’Administration de EDIPOP, ainsi que tout le personnel de la radio Djiido ont appris avec beaucoup de tristesse le décès de Charly PIDJOT, le président du Conseil d’Administration.  Par  ce petit message, on voudrait rappeler en quelques mots le chemin parcouru avec lui dans l’histoire récente de la radio Djiido.

Outre le travail que  Charly a développé dans son propre parti, l’UNION CALEDONIENNE, il a aussi beaucoup œuvré au sein du FLNKS, et c’est dans ce cadre là qu’il a  été nommé à la présidence du Conseil d’Administration d’EDIPOP. Le Bureau politique du Front l’a chargé de la restructuration de DJIIDO cet outil qui a accompagné la marche du peuple kanak vers son émancipation, depuis les années 1985.

De son mandat de président du CA , l’équipe du personnel de la radio se souviendra qu’il a impulsé avec la collaboration du Bureau Politique du Front, la rédaction de la nouvelle ligne éditoriale de Djiido, pour ouvrir cet outil aux autres citoyens vivant dans ce pays , parce que c’est avec tout le monde que l’on construit le destin commun , un des mots clés de l’Accord de Nouméa.

Pour lui , la communication doit accompagner  l’évolution politique du pays, et de ce pas  il aura tout fait pour que cet outil puisse continuer à fonctionner dans de bien meilleures conditions : l’informatisation de la station, le déploiement de l’outil pour une couverture plus large de l’ensemble du pays, des nouveaux locaux ,  c’est ainsi que Charly PIDJOT, a répondu à la commande de la Direction du FLNKS, mais aussi et surtout parce que le pays et notamment le peuple kanak doit être aussi acteur de l’avenir politique de ce pays.

On se souviendra que c’est  une personnalité qui a imprégné la gestion même de l’outil, Charly faisait confiance aux hommes, l’équipe de la station avait toute sa confiance, il intervenait rarement, mais vraiment quand il le fallait.

Avec la radio Djiido, Charly aura contribué à ce que la voix du peuple kanak puisse traverser le temps, et construire ensemble avec les autres ce nouveau pays de demain qu’est la Kanaky libre et indépendante.

A son épouse et ses enfants, à sa famille, à son clan, à sa grande famille politique, le Conseil d’Administration et le personnel de la radio, vous adressent ici toutes ses sincères condoléances.

Fait  à Nouméa le 11/09/2012

Pour le Conseil d’Administration
Nicole WAIA

Coordination Générale de la DUS (Dynamik Unitaire Sud) le samedi 15 septembre 2012 à l'Eau Vive


 Après seulement 10 mois d’existence, la DUS est bien partie prenante, toute proportion gardée, à la vie politique du pays.

Bien que l’évolution de la mouvance indépendantiste confirme les analyses de la DUS, force est de constater que les résistances au sein du BP FLNKS pour une reconnaissance de la DUS dans le FLNKS demeurent fortes.

Est-ce que cela a des liens avec les quelques difficultés rencontrées dans les différents « actions » sur le terrain dans lesquelles la DUS est impliquée ?

En tout cas, la DUS doit poursuivre ses objectifs, notamment ceux fixés pour cette année 2012.

Cette Coordination Générale du samedi 15 septembre 2012 sera l’occasion de débattre sur ce questionnement.

"Reconnaître la personnalité juridique au clan kanak est une forme de reconnaissance de la société autochtone..."

Si on comprend bien, les clans kanak peuvent porter plainte contre l’Etat français pour la dépossession de leurs terres (foncier) au début de ce siècle…

« Reconnaître la personnalité juridique au clan kanak est une forme de reconnaissance de la société autochtone. Jusqu’à présent avait été reconnue la personnalité juridique aux tribus (en réalité aux districts par l'arrêté de 1867). Ensuite cette personnalité juridique avait été conférée aux GDPL. Elle avait été reconnue, dans les deux cas, à des institutions (la première autochtone la seconde non autochtone) qui n’ont pas de titre sauf celui que leur confère la loi pour être détenteur de la terre. La non reconnaissance de la personnalité juridique des clans, alors que l’on sait que les clans sont les seuls vrais propriétaires du sol, revenait de manière détournée à nier leurs droits fonciers ou à entretenir le doute sur la question des véritables titulaires de ces droits, en investissant les grandes chefferies (comme l’avait fait l’arrêté de 1867) de la qualité de propriétaire, ce qu’elles ne sauraient être comme le rappelle non seulement les arrêts précités mais encore un jugement récent qui fait litière des prétentions d’une grande chefferie de Lifou sur le domaine de Peng au détriment du clan Luewadia son seul légitime propriétaire.

Reconnaître la personnalité juridique des clans, était le moyen de rendre visible la réalité en restituant la plénitude d’autorité que revêt le clan aux yeux des Kanak. C’est le clan qui détient le nom; qui décide d’accueillir en son sein un nouveau membre ou de le rejeter: ce faisant, c’est le clan qui détermine la filiation de l’enfant nouveau-né, et influence encore les unions matrimoniales qui se doublent d’une alliance inter-clanique. »

Extrait du « Valoriser la dimension culturelle kanak dans l'organisation de la société calédonienne : la voie étroite du respect de l’identité » de Régis Lafargue
Juriste-anthropologue, intervention au Colloque…

Communiqué de presse de la Dynamik Unitaire Sud sur le décès de Charles PIDJOT

Communiqué de presse de la DUS

La Dynamik Unitaire Sud (DUS) vient d’apprendre ce mardi 11 septembre 2012 la disparition de notre frère et camarade de lutte, Charles PIDJOT, président de l’Union Calédonienne, lors d’un séjour au Vanuatu.
C’est encore une grande perte non seulement pour la mouvance indépendantiste mais également pour les citoyens du pays et ceux qui œuvrent pour un destin commun et émancipé.
La Dynamik Unitaire Sud (DUS) présente ses sincères condoléances à sa famille et son clan.

Pour la Dynamik Unitaire Sud

Sylvain Boiguivie

vendredi 7 septembre 2012

Pékin annonce un éventuel effacement de la dette des pays les moins avancés




RAROTONGA, jeudi 6 septembre 2012 – Le gouvernement chinois aurait l’intention d’effacer la dette des pays les moins avancés avec lesquels il entretient des relations diplomatiques, y compris, pour le Pacifique, Vanuatu et Samoa.
Cette déclaration d’intention, survenue en fin de semaine dernière à l’occasion du dialogue « post-Forum » suivant le sommet annuel des dirigeants du Forum des Îles du Pacifique (FIP), a été faite par le Vice-ministre des affaires étrangères chinois, Cui Tiankai, qui participait à cette session de dialogue.
L’annonce n’a pas encore été quantifiée mais elle aurait pour objectif d’aider ces pays à atteindre les objectifs de développement du millénaire (ODM) fixés à l’aube du vingt et unième siècle, rapporte jeudi l’agence régionale anglophone Pacnews.
Le responsable gouvernemental chinois aurait aussi évoqué la possibilité pour certains autres pays océaniens en voie de développement de renégocier leur dette vis-à-vis de la Chine.

L’aide chinoise, selon les mêmes sources, pourrait aussi renforcer son emphase sr des projets dans les domaines agricole, sanitaire et technique, y compris la formation.

Fin juillet 2012, à l’occasion des cérémonies marquant le 32ème anniversaire de l’accession à l’indépendance, le Premier ministre de Vanuatu, Sato Kilman, déclarait publiquement que son pays ne serait pas en mesure d’atteindre les objectifs de développement du millénaire fixés à l’horizon 2015.
Il avait notamment cité, parmi ces objectifs, ceux d’éradiquer la pauvreté et la faim, l’accès universel à l’éducation et à l’alphabétisation, ou encore la santé pour tous.
Il avait alors invoqué comme principale cause de cet état de fait le fossé trop grand existant entre les recettes de l’État et ses dépenses, sur fonds d’accroissement significatif de la population (actuellement estimée à environ 250.000).
Néanmoins, au regard de l’ONU, l’archipel de Vanuatu est en phase de transition de son statut de PMA (pays moins avancé) à celui de pays en développement, une perspective qui suscite encore de nombreuses réticences au niveau local, étant donné les avantages liés au statut de PMA.

En vertu de ce statut, Vanuatu a ainsi bénéficié, entre autres, d’une subvention américaine de l’ordre de 66 millions de dollars US pour des projets infrastructurels, comme le goudronnage de la totalité de sa route de ceinture sur l’île principale de Vaté.

Une transition serait envisagée, trois années durant, entre 2013 et 2016, alors que Vanuatu a rejoint, en août 2012, l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).
Pour Samoa, la période de transition de PMA à pays en développement et déjà entamée et devrait arriver à terme en janvier 2014.
À l’origine, Samoa aurait dû achever cette transition en 2010, mais ce pays polynésien avait demandé une prorogation de l’entrée en vigueur du statut de pays en développement.

Cette période a été étendue une seconde fois, en raison du tsunami qui a frappé cet archipel le 30 septembre 2009.
Dans le Pacifique, les cinq PMA sont Kiribati, Samoa, les iles Salomon, Tuvalu et Vanuatu.

Sources : Flash d’Océanie ( PAD) Edition du 08/09/2012
Naku press : Mise en ligne le 08/09/2012 à 8h16

8 SEPTEMBRE JOURNEE INTERNATIONALE DE L’ALPHABETISATION.



 En solidarité avec les organisations qui ont pris en main les campagnes d'alphabétisation , Naku press publie ici une note pour rappeler quelques données sur l'analphabétisme dans le monde.

Etre analphabète c’est être incapable de lire et écrire, le plus souvent par manque d’apprentissage. Les statistiques de l’UNESCO de 1990 notaient 962 Millions d’analphabètes  adultes dans le monde, un chiffre qui est descendu à 774 Millions en 2008. Ces chiffres cachent de fortes disparités : 75% de ces 774 Millions vivent dans seulement 15 pays  comme le BANGLADESH, le Brésil, La Chine,  L’Inde ou le Nigéria, et 64% d’entre eux étaient des femmes.
Le taux d’analphabétisme est lié :
-         au sous développement  (il atteint presque 50% dans les régions de l’ASIE DU Sud et de l’Afrique SUBSAHARIENNE)
-         à un fort taux de croissance démographique (73% des analphabètes vivent dans les pays les plus peuplés du monde comme l’INDE, CHINE PAKISTAN, BANGLADESH, NIGERIA, INDONESIE, BRESIL.. pour ne citer que ceux là.
-         Au genre : les femmes sont particulièrement touchées par l’analphabétisme, elles se marient très jeunes et sont moins scolarisés.


"L’alphabétisation et la paixc’est le thème adopté à l’occasion de la décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation (2003 – 2012). Pour célébrer cette journée internationale de l’analphabétisme en 2012 IRINA BOKOVA directrice générale de l’UNESCO déclare :


  L’éducation apporte la durabilité à tous les objectifs de développement et l’alphabétisation est le fondement de tout apprentissage. Elle fournit aux individus les compétences nécessaires pour mieux comprendre et former le monde. Elle permet également aux individus de participer au processus démocratique, leur donne une voix et renforce leur identité culturelle.    
Et pour terminer rappelons que l’analphabétisme n’est pas l’illétrisme qui signifie plutôt qu’il y a eu un apprentissage de la lecture et de l’écriture, mais qui n’a pas conduit à leur maîtrise ou que cette maîtrise a été perdue.
.Sources : site de l'UNESCO
Naku press : Mise en ligne le 07/09/2012 à 23h26