mercredi 30 juillet 2014

DIPLOMATIE : Une première ambassade océanienne à la HAVANE ( Cuba)

Naku press partage sur sa page : Les BRUITS DE LA REGION, l'extrait de l'édition du 29 Juillet 2014 , de Flash d'Océanie. La nouvelle : l'ouverture de la première ambassade océanienne à la HAVANE ( Cuba) , c'est la décision des Iles Salomon. C'est l'issue d'une longue histoire entre ces deux pays, notamment par le biais d'action de coopération dans le domaine de la formation et de la santé . Bonne lecture !!!

Naku press : Mise en ligne le 30 juillet 2014

mardi 22 juillet 2014

UN COURANT D AIR QUI VEUT EFFACER DES DEGATS D HIER

Naku press partage ce soir avec vous une version du vent glacial qui a marqué la visite de la ministre d'outre mer. Certains veulent jouer sur nos choses a nous pour effacer les dégâts d'hier , alors que nous avons aussi bien appris comment utiliser leur système pour assurer notre défense. Bonne lecture sur la page : LES COULISSES DE L'INFO.

Naku press : Mise en ligne le 22 juillet 2014

dimanche 13 juillet 2014

FLASH INFO : LES BRÈVES DE LA REGION ….

Naku press a choisi pour vous quelques brèves pouvant intéresser quelques sujets d'actualité dans le pays.  De la géostratégie en Australie, en passant par la question des mines de cuivre en Indonésie , des mesures de santé dans les Iles Salomon, et enfin le régime foncier aux Fidji , un petit voyage dans l'océan pacifique , avec ses multiples préoccupations.  Bonne lecture .. et c'est à la page : "LES BRUITS DE LA REGION"

Naku press : Mise en ligne le 13 Juillet 2014

EDUCATION : LA FASEM FAISAIT SA KERMESSE ANNUELLE CE WEEK END ...

Dimanche 13 Juillet au Jardin des Bélep ( Crédit photo : NP)
L'école, l'acquisition du savoir, cela sonne bien dans les objectifs de la FASEM , cette fédération d'organisations de parents d'élèves de plusieurs établissements scolaires de la Commune du Mont Dore. Le soutien et l'accompagnement des enfants en difficultés , ou simplement pallier aux difficultés des parents à suivre leur enfant , la FASEM  a été lancée à l'initiatives de parents et d'enseignants bien conscients de ce qu'un accompagnement assidu pourrait jouer dans la réussite d'un enfant.

Dimanche 13 Juillet , Jardin des Bélep ( Crédit Photo : NP)

Dimanche 13 Juillet : le bingo ( crédit photo : NP)


 La FASEM a réussi à inscrire son action dans les activités de la commune, et même l'ampleur de son travail a été prise en compte par la province . En effet depuis un certain nombre d'années maintenant elle reçoit des subventions de la commune , mais aussi de la province.  C'est donc par l'aide d'un certain nombre d'intervenants que la FASEM assure ce travail sur plusieurs site , dans la commune de Mont Dore. Et lorsque l'on recherche sur la carte de la commune les quartiers couverts par les activités de la FASEM , rien d'étonnant ce sont des quartiers populaires , ou encore les deux tribus : Conception et Saint Louis.

Gérer les problèmes de proximité , c'est accepter d'être le dernier interface entre ce qui est des grandes théories, et la réalité des populations. La FASEM a choisi cet axe, comme toute les associations, elle essaie aussi de trouver des fonds propres pour mener à bien ses projets. Ce week end , elle était donc en Kermesse au Jardin des  Bélep. Plusieurs activités étaient au programme, les enfants étaient aussi de  partie pour  les petites pêches à la ligne , ou encore du maquillage. Le Foot ball bien évidemment pour occuper les plus grands, et enfin les parents aux pions pour le bingo, avec comme à l'accoutumé : le petit cake à la banane, le bol de café, ou encore la petite barquette bien assaisonnée pour maintenir la petite clientèle sur les lieux!!!! .
Une école dans les carrières de briques en Inde ( crédit photo : Aide et action)
Naku press , membre d'une ONG ( Aide et Action)  travaillant pour l'éducation dans les pays ou régions sous développés , salue le courage de ses parents qui ont choisi d'engager les choses à leur niveau pour se battre pour l'avenir de leurs enfants. Un pays  ne vit pas que de paroles, il y a ceux qui réfléchissent , et il y a ceux qui sont les consommateurs des grandes décisions de politiques publiques , qui eux seront toujours confrontés au travail d'adaptation. Soutenir son enfant , c'est presque naturel mais parfois seul devant les problèmes de l'école, une institution avec des règles , les parents préfèrent parfois baisser les bras , alors qu'une dynamique associative comme celle engagée par la FASEM, est sans doute , le lieu où on peut trouver un écho pour organiser  le suivi de son enfant.

Enfants employés illégalement dans les carrières de brique  en Inde  ( crédit photo : Aide et action)
Pour terminer cette petite note de soutien au travail de terrain, quelques chiffres de l'UNICEF / 250 millions d'enfants entre 11 et 14 ans travaillent dans le monde. En République Dominicaine : 33% des enfants interrogés dans le cadre d'une enquête menée sur les causes du décrochage scolaire, répondent qu'ils ont quitté l'école pour des raisons économiques, 12% parce que les parents n'avaient pas les moyens pour acheter l'uniforme officielle et 14% pour s'occuper de leurs frères et soeurs.

A Puspanjali MIRDHA , cette petite fille de 9 ans ( Inde) qui a quitté momentanément l'école pour travailler à aider ses parents à payer leur dette. C'est l'ouverture d'un centre d'éducation alternative qui lui a permis d'apprendre à lire et écrire. Elle a réussi l'examen qu'elle a passé sur son lieu de travail, et a obtenu un certificat du gouvernement et c'est ce qui lui a permis de retourner à l'école. Puspanjali peut désormais rêver de devenir un jour enseignant  pour motiver les enfants à aller à l'école. ( A ma grand mère) …


Naku press : Mise en ligne le 13 juillet 2014




samedi 5 juillet 2014

ENVIRONNEMENT : " LE 7ÈME CONTINENT" A DISPARU ….


C'est le nom qu'on donne à l'immense territoire à la dérive sur les océans, composé de tonnes de morceaux de plastique.  
« Le plastique a peut-être été décomposé en particules microscopiques qui passent à travers les mailles de nos filets. En dessous de 0.2 mm, nous ne pouvons pas les retenir. Autre explication possible : il existe des microbes dans l'océan, capables de décomposer ces particules de plastique. Sinon, il se peut aussi que les particules soient colonisées par des organismes marins qui ont des coquilles et qui augmentent leur poids et les font tomber au fond de l'océan. Et enfin, malheureusement c'est l'hypothèse la plus probable, les morceaux de plastique d'une taille inférieure ou égale à 4 mm sont vraisemblablement ingérés par les poissons et remontent la chaîne alimentaire. » 

UN  AVANT GOÛT MAIS 
NAKU PRESS vous renvoie à sa page : "Les Bruits de la région" , pour découvrir la teneur de cette édition de radio Australie en date du 4 Juillet 2014 , par Caroline LAFARGUE.

Naku press : Mise en ligne le 5 Juillet 2014

BILAN , ECHO DU TERRAIN INDISPENSABLES POUR AVANCER …. !!! La DUS était en coordination générale



Le tout dernier né de la mouvance indépendantiste kanak, la Dynamique unitaire sud ( DUS) s’est réunie ce samedi 5 Juillet en coordination générale à la tribu de St Sébastien . A l’ordre du jour : l’actualité politique, économique et sociale, pour finir la journée sur un point général sur le fonctionnement du mouvement.
Coordination générale DUS ( CP :  Naku press)


Partie intégrante de la dynamique unitaire engagée dans le Sud pour les élections provinciales, la DUS enregistre avec une grande satisfaction l’augmentation du nombre d’élus indépendantistes au congrès du pays. Cependant , la DUS aura consacré quelques minutes d’échanges pour essayer de comprendre et partager les analyses sur la situation qui a suivi les élections  et notamment celle du gouvernement et surtout de la divergence entre les deux grands partis du FLNKS : UC ET PALIKA.  Les militants de terrain présents à cette réunion ont surtout fait remonter l’amertume des gens de la base de constater que l’on est venu de si loin pour afficher un tel panorama. La grande honte : c’est que les indépendantistes n’ont pas été capable de s’entendre pour nommer un vice président au gouvernement. La crédibilité du mouvement indépendantiste en prend un coup, sans compter l’impact dans l’opinion de l’événement tragique du restaurant  de la baie de l’Orphelinat. La cabale qui a animé les réseaux sociaux, ne peut que confirmer une chose : la nécessaire discipline au sein de nos mouvements.

Coordination générale DUS ( CP : NAKU PRESS)
La DUS a eu aussi le privilège d’avoir des personnes qui ont suivi les évènements du Sud : les caillassage de Saint Louis, et la mobilisation autour du problème Valé, et donc d’avoir des informations  fraîches. L’ambiance générale est celui de dire que les gens en ont marre de ce silence inexplicable des politiques notamment indépendantistes sur ce problème.  Les autorités coutumières sont pointées, mais en même temps eux n’ont qu’un pouvoir consultatif dans les décisions concernant l’usine du Sud. Donc la grande question : que font nos élus, alors qu’il y à peine un mois de cela, ils étaient là à crier partout pour que l’on aille voter pour eux. Deux jeunes de la tribu de Saint Louis sont venus témoigner de ce qui se passe réellement sur Saint Louis : effectivement il y a ceux qui sont solidaires avec les gens de Yaté, mais il y a aussi ceux qui profitent de cette opportunité pour caillasser les voitures.  Bref les politiques sont surtout interpellés par rapport à l’absence d’information de leur part, et surtout leur absence pour venir apporter leur soutien.
Un moment d’attention car cet écho du terrain fait partie des principaux objectifs de la DUS : relayer ce qui se passe sur le terrain au niveau institutionnel. C’est ce qui se fera dans les prochains jours, là où c'est possible d'avoir une écoute. 

Enfin la DUS a parlé de son organisation, âgée d’à peine 3 ans, il est temps de commencer à ficeler ce que le mouvement compte porter comme programme politique. La DUS n’a pas l’intention de venir concurrencer les grands partis frères, mais simplement d’essayer d’apporter une contribution qui soit la plus pertinente possible. Modestie et humilité resteront l’état d’esprit des militants de la DUS, la démarche unitaire a été le mot d’ordre , et elle a porté ses fruits. La DUS enregistrera cela comme sa pierre dans ce grand pas que le mouvement nationaliste a fait dans la province Sud.  Elle espère par ailleurs pouvoir compter sur d’autres espaces d’échanges avec les autres partenaires du FLNKS pour faire le bilan des élections, surtout parce qu’il faut maintenant avancer. 2018 c’est demain, et le mouvement nationaliste ne doit pas s’arrêter  à cause de situations ponctuelles, alors qu’il a réussi à faire parler de la décolonisation par ceux qui était farouchement opposé à ce slogan. Car en parler c’est quelque part  être acculé à constater le fait, et cela fait partie de l’évolution du mot d’ordre d’indépendance dans le pays.

Le chemin de la lutte n’a jamais été facile, des embûches le peuple kanak en a géré, et jusqu’au dernier moment il y en aura encore, cela fait partie de cette route que nos vieux ont commencé à tracer depuis le grand chef Atai et même bien avant. De la hauteur dans les analyses, de la pertinence dans l’appréciation des situations, et de la finesse intellectuelle ce sont peut être les nouvelles armes que chacun devra conquérir pour aider à aller plus loin, et surtout d’être capable à tout instant d’expliquer ce qui se passe à nos bases.

Naku Press : Mise en ligne le 5 juillet 2014



vendredi 4 juillet 2014

LE JOURNAL LE MONDE FAIT ECHO DU PROCESSUS DE DÉCOLONISATION DE LA KANAKY


Nouvelle-Calédonie : « On a ouvert un processus de décolonisation par étapes »
C'est le titre d'une analyse proposée par Angela Bolis journaliste du Monde avec la collaboration de Mathias CHAUCHAT.  Une grille de lecture qui permet de comprendre le processus de décolonisation engagé depuis la signature de l'accord de Nouméa. Naku press vous invite à aller découvrir l'intégralité de l'article sur la page : ECHO DES ONDES …  Bonne lecture…  

Naku press : Mise en ligne le 4 Juillet 2014

jeudi 3 juillet 2014

OCEANIA 21 : LE FRONT DES PAYS DE LA REGION CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE




C’est la deuxième édition de ce sommet régional qui a regroupé 17 états de la région pacifique  durant 3 jours à la CPS (30 JUIN  - 1er et 2 Juillet 2014) . Développement durable, changement climatique, protection des océans sont les mots clés de cette réunion au sommet. Pourquoi créer une dynamique régionale, autour du changement climatique ,simplement parce que nous vivons tous sur une même planète , et sommes tous liés par l’océan et l’air. Certains états du Pacifique comme Tuvalu sont déjà réellement menacés par la montée des eaux, ce sont des petits pays qui n’ont que leur bout d’atoll pour organiser leur vie. Demain avec la montée des eaux (du à la fonte des glaces) ces pays vont disparaître, cela veut dire qu’il faut dès maintenant réfléchir sur les possibilités de repousser  la montée des eaux en construisant des digues ou des moyens pouvant retarder leur disparition. Mais derrière cela il y a beaucoup de questions à prévoir : la sécurité alimentaire (le taux élevé de  salinisation du sol, ne permet plus de conserver les cultures  traditionnelles il faut réfléchir sur d’autres cultures pouvant s’adapter aux nouvelles conditions du sol, travailler toute la réglementation concernant le déplacement de ces populations (pays d’accueil, statut des réfugiés climatiques).  Cet exemple pour dire l’imminence des conséquences du changement climatique. 

Salle de la CPS  NÉA : JUILLET 2014  ( CP : naku press)



Ilot Canard ( CP : Naku press)
Océania  21 c’est la mobilisation de l’ensemble des états du pacifique pour faire entendre leur voix dans le concert des nations. La protection de l’environnement est devenu réellement un enjeu de taille pour la survie des populations dans les iles du Pacifique. L’actualité météorologique est là pour nous informer des risques réels de séisme, de tsunami dans la région, et d’ailleurs  le pays a désormais inscrit ces phénomènes dans ses programmes de sécurité civile. Océania 21 est là pour rappeler qu’il n’y a que la solidarité régionale qui pourrait porter ses préoccupations au plus haut niveau des espaces internationales. Pourquoi faut-il toucher ces espaces internationaux, parce que  dans ces espaces il y a les pays industrialisés, ou encore émergents qui sont aussi les plus gros pollueurs de la planète, et secondo parce que les actions à mener pour lutter contre le changement climatique, demandent des moyens de financement importants : les actions de sensibilisation de la population, et des états.

Accueil délégation groupe WECECA ( CP : Naku press)
Plantation arbre : Delégation Iles cook  ( CP / Naku press)
Océania 21, c’est aussi l’espace pour échanger les expériences , car le développement durable ne date pas d’hier dans les préoccupations gouvernementales, ainsi les pays membres se sont exprimés sur la gestion des déchets, la promotion de l’agriculture biologique, la gestion de l’eau, et le développement de l’énergie renouvelable . On notera en passant le transfert énergétique bien engagé au Vanuatu avec la fourniture d’électricité à base d’huile de coprah  sur l’ile d’EFATE, des explorations geo thermiques  effectués sur plus d’une centaine de sites aux Samoas américaines,  à Niue, la promotion de l’énergie solaire avec un programme financé par l’Union Européenne, pour l’alimentation en électricité d’une école  et d’un hôpital  et une station solaire pour l’alimentation de l’aéroport financé par le Japon  etc… Certains pays comme Nauru et Tuvalu, sont déjà à l’étape de demander de l’aide pour  la sécurité nationale, menacés à la fois par les séismes et la montée des eaux.

Océania 21 a permis une fois de plus lors de cette deuxième édition, de confirmer la solidarité nécessaire entre les pays du pacifique pour porter leur voix au plus niveau du concert des nations, comme il aura aussi permis aux états de réfléchir sur les moyens à mettre en œuvre pour organiser une bonne synergie entre les pays et  une cohérence interne au niveau des politiques gouvernementales pour qu’enfin le développement durable ne soit plus une préoccupation mais une réalité.

Naku press terminera cette petite note de synthèse , par une citation de l’in des chefs d’Etat présent au sommet Océania 21 : « l’Océan c’est notre vie, mais il peut aussi nous emporter »


Naku press : Mise en ligne le 4 Juillet 2014

mercredi 2 juillet 2014

OCEANIA 21 DEUXIÈME SOMMET DES PAYS DU PACIFIQUE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Les médias de la place ont suffisamment fait écho de ces 3 jours de sommet qui viennent de se dérouler au siège de la CPS à Nouméa , prochainement nous aurons la résolution finale avec les grandes recommandations. De l'énergie, de la ressource en eau potable, de l'agriculture bio , du traitement des déchets, des thèmes déjà abordés et pris en charge par le milieu associatif, mais s'agissant d'actions à plus grande échelle, le sommet est là pour interpeller  les nations. Les petits pays du Pacifique, parmi les premiers à être réellement menacés par la montée des eaux , veulent faire entendre leurs voix dans les prochaines rencontres internationales qui aborderont la problématique des conséquences du changement climatique.  Naku press se fera donc le relais de la résolution finale de ce deuxième sommet d'Océania 21 dès la publication officielle du dit document. Pour le moment pour faire écho à ce sommet qui vient de se terminer, Naku press vous propose un article tiré du site de la revue : Témoignages , et qui présente le cas de l'île de  DIOGUE au Sénégal, menacée réellement par la montée des eaux. Bonne lecture !!!


Au Sud du Sénégal


L’île de Diogué, située à l’embouchure du fleuve Casamance, au sud du Sénégal, est menacée de disparition, a indiqué, jeudi dans ladite localité, le chef de la Division régionale de l’Environnement et des Etablissements classés de Ziguinchor, Khadim Niasse, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement.

’’Diogué est menacé, c’est la raison pour laquelle, dans le cadre de sa politique de protection du littoral, l’Etat a élaboré un plan de gestion intégrée de la zone côtière et Diogué fait partie des sites-pilote. Donc l’Etat est conscient de l’avancée de la mer et cela fait partie de ses préoccupations. Raison pour laquelle, il y a même trois projets en cours de réalisation pour ralentir l’avancée de la mer sur l’île de Diogué’’, a confié Khadim Niasse, soulignant que cet état de fait est un phénomène naturel, d’une part et, d’autre part, entropique dû aux effets des changements climatiques.
’’On note que la température augmente partout et ensuite il y a la dilatation des eaux et la fonte des glaciers, ce qui va augmenter le niveau de la mer. Au regard de la situation et de l’emplacement de Diogué, il n’y a pas de barrière naturelle. Donc, ça se comprend que le phénomène soit plus visible à Diogué qu’à Karabane (une autre île à l’embouchure du fleuve Casamance) et dans les autres zones. Selon les populations et ce que l’on constate, c’est plus de 500 mètres de plage qui sont perdus. Ce qui veut dire que s’il n’y a pas de digues d’ici quelques années, Diogué risque d’être rayé de la carte du Sénégal’’, a-t-il prévenu.
M. Niasse a souligné que parmi la panoplie de projets que l’Etat du Sénégal veut mettre en œuvre pour sauver cette belle île, il y a le reboisement, la construction de digues, etc,

A signaler que Diogué est une île habitée essentiellement par des pêcheurs et commerçants, on y note de fortes colonies de ressortissants ouest-africains, notamment des Ghanéens, des Maliens et des Guinéens de Conakry.

Naku press : Mise en ligne le 2 Juillet 2014