LES COULISSES DE L'INFO....


 KANAKY :  Déjà des bruits pour le prochain renouvellement du gouvernement

Politique : il se dit dans les couloirs que Metzdorf viendrait prendre la place de Dunoyer au gouvernement, et que pour la présidence, Calédonie Ensemble prévoit une configuration plus politique …Est ce que cela veut dire que la présidence ne sera pas renouvelée ? Il est vrai que le contexte a changé , car n'oublions pas les Républicains calédoniens qui ne sont pas dans le groupe des plateformistes !!! …..Attendons le 31 Août pour tout savoir ...
Côté indépendantiste : depuis ces derniers jours , l'Union Calédonienne se permet quelques pas de valse dans les médias . Après les déclarations de son président concernant l'évincement de Anthony LECREN, aujourd'hui c'est au tour du comité régionale de la région Djubea Kapoume d'envoyer un communiqué de soutien à Anthony pour le travail engagé et notamment tout le réseau qu'il a pu instaurer dans la région via le développement durable .  Là aussi , attendons les prochains jours pour la suite de cet étalement sur la place publique des petites distensions interne de ce plus grand parti …. 

Publication : Admin blog  le 11 Août 2017







KANAKY : POLITIQUE -  Quelques fissures dans l'accord signé entre les 4 partis loyalistes à la veille du deuxième tour des législatives.

La presse écrite locale des ces derniers jours pointent quelques expressions des leaders de Calédonie Ensemble qui laisseraient comprendre , qu'ils ne doivent rien à personne. Donc quid des partis qui se sont empressés à appeler à voter aux deux candidats dans les deux circonscriptions !!!  A suivre …

Publication : 24 juin 2017





QUAND LA MERE NATURE REAGIT AUX EXACTIONS DE L'HOMME , IL N'Y A PLUS QU ELLE POUR NOUS RAPPELER QU ELLE RESTE MAITRE DE CE MONDE !!!!

Il y a tout juste une semaine de cela , la nature a frappé dans une des régions de la côte Est du pays connue d'ailleurs pour les inondations dévastantes , et les glissements de terrains.. Mais elle est aussi connue pour les feux de brousse, d'ailleurs spectacle désolant quand on regarde les flancs de certaines montagnes désormais nus , avec quelques points noirs que sont les gros blocs de roches restés accrochés. Des familles endeuillées, les réseaux sociaux n'en finissent plus pour envoyer les messages de condoléances et aussi et surtout pour les appels de dons. Mais il reste que certaines versions des faits nous laissent croire que la nature , comme par le fait de hasard,  semble émettre certains messages : en effet que cette tribu de Ouakaya a été sous les feux de l'actualité il y a deux ou trois ans de cela pour des problèmes fonciers opposant deux clans du coin.  Et en deçà de la version officielle pointant la nature , ainsi que les déséquilibres causés par l'activité humaine, il y a l'autre grille de lecture , qui va aller observer le détail des faits. Il se dit aussi , dans les récits autour de ce drame , que la coulée de boue était orientée vers la maison de l'une des familles qui a causé problème lors des conflits fonciers, d'ailleurs même  que des membres de cette famille aurait été présent lors d'une récente altercation du côté de la station scolaire de Do néva.  Bref, il y aura toujours mille versions autour d'un fait, mais ce drame de Houailou nous aura enseigné beaucoup de choses : les conséquences de nos faits et actes ( feux de brousse, activité minière , et le manque de cadre réglementaire pour l'aménagement de l'espace) , mais aussi pour cette dimension spirituelle des choses : les problèmes doivent être réglés, ils ne doivent pas perdurer , car la nature a aussi une vie, et elle respire aussi les blocages causés entre les humains.

C'est une autre lecture que Naku press partage ici sur sa page : les coulisses de l'info. Plusieurs grilles de lecture certes parfois , nous acheminent vers les vraies raisons de l'évènement et permet de mieux rebondir pour toujours repartir.

Naku press : Mise en ligne le 27 novembre 2016


Marée montante … CP : NP







Sur le plan marshall du sénat coutumier
La semaine dernière, le sénat coutumier est allé  à la rencontre des cabinets  UC FLNKS  au gouvernement pour présenter les grandes lignes du plan marshall mais surtout parce que l'institution aurait besoin d'inscrire des projets utiles à la réalisation de ce plan dans les opérations à faire financer par les contrats de développement. Rappelons que le sénat coutumier était  allé en même temps que les délégations politiques au dernier comité des signataires pour parler de ce plan marshall et demander des financements. Le problème est que le sénat coutumier s'est prononcé contre NC 2025 alors que les opérations à faire financer par le contrat de développement doivent désormais être en adéquation avec les grandes orientations de NC 2025. Il y a donc comme un petit problème, qui a écrit réellement la position du sénat sur NC 2025 ? Du reste le nouveau président du Sénat , qui apparemment était un peu surpris de la tournure des débats, a demandé à ce qu'il y ait une réunion d'organiser sur NC 2025 où le cabinet en charge de ce dossier sera invité.

Naku press : Mise en ligne l 21 mars 2016






.......................................................................................................................................................................
Le comité des signataires , un rendez vous tant scrutés par les calédoniens . Et qu'est ce qu'il en est ressorti ?  Politiquement clos pour le dossier listes électorales, et le dossier mines revenu au GTPS ici au pays. Mais alors de couloirs en couloirs il se passe des choses en coulisses bien sûr , car tout le monde s'arrangera pour que devant l'opinion publique il est dit des choses censées … Parfois les murs ont des oreilles ou des yeux , et souvent ce qu'ils nous renvoient n'est pas très bon ou encore nous font rire. A l'exemple du GTPS hier où certains auraient dit qu'ils ne savent plus c'est quoi la doctrine nickel ou alors on ne parle pas pour laisser le silence interroger toute l'assemblée. Les échos parlent aussi d'une situation désastreuse de la SMSP , mais qui croire, car ce que l'on a entendu dans les médias de ceux là même qui ont en charge la gestion de cette société  est tout autre chose , on parlait même de distribution de dividendes. Nous ne sommes pas tous expert en mines , il y a des façons de lire les comptes qui ne sont peut être pas donner à tous. …. Mais la crise du nickel est arrivé au bon moment pour faire glisser cette demande d'avance de 1.2 milliard pour la SOFINOR qui va bien entendu utiliser cette manne pour remonter la situation de la SMSP.  Peut être que les plans de remboursement négociés à l'époque commencent à sonner les premières échéances devenues exigibles. On parle déjà de 500 Millions , presque la moitié de l'avance.
Le vrac des bruits de couloir , peut aussi être des miettes de vérité ….


Naku press : Mise en ligne le 23 février 2016




Il se raconte beaucoup de choses qui restent bien entendu à confirmer . Mais en voici quelques échos : s'agissant du renouvellement des contrats d'exportations de la altérites vers la Chine ; il se raconte que la NMC ( filiale de la SMSP) est allée négocier ses prix chez QNI , faisant sauter le prix fixe pour 5 ans. On parle de cette signature , mais sans préciser les modalités.
Le conflit de la mine de Ouenzengo dans la commune de Kaala Gomen : c'est un coup monté pour casser la dynamique qui s'est engagé sur ce site, DAng aurait faciliter la vente de quelques camions aux coutumiers , pour finalement gonfler le nombre de rouleurs sur le site, avec à chacun un nombre tout juste de rotations sur mines permettant tout juste le paiement des traites des camions . Et voilà le petit circuit fermé est fait.
Quid du montage financier de l'usine du nord : il se dit que les 8% de DAng sont compris dans les 51% que l'on annonce comme part de la province Nord , donc en final si on enlève ces 8% il ne restera plus que 43% au pays contre 49% à la multinationale , sans compter le fait que 95% des 51% sont des avances faites à la collectivité par la multinationale …..

Naku press : mise en ligne le 6 Aout 2015



………………………………………………………………………………………………………...
Nous sommes à la fin du 3ème mois et toujours pas de président du gouvernement , le bâtiment rue de l'Artillerie , est toujours au régime " GESTION DES AFFAIRES COURANTES" mais voilà quoi comme toute chose il y a des limites . Le blême  est qu'il s'agit ici des dossiers du pays, donc on sent que l'on s'approche du seuil de tolérance du terrain. La liste des factures continue à s'accumuler en montant , mais bientôt ce sera l'étape du blocage pour non paiement des factures . Le peuple descendra dans la rue !!!! . Cela c'est la surface, mais dans les tranchées , mine de rien , ça grouille - on discute , on balance des énormités , on reprend certaines propositions et on les réchauffe avec une autre sauce , on tourne et on retourne  - un coup on grouille dans les médias locaux, un coup on chante à Paris; mais en fait ou on est on réellement ??? Peut être les derniers pas avant la solution …. Des bruits laissent deviner cela , mais pour quelle configuration  ? Là c'est une autre paire de manche ; espérons que ce ne sera pas la désolation pour certains …..

Naku press : Mise en ligne le 31 mars 2015
…………………………………………………………………………………………………………..

 Il court depuis hier sur les reseaux sociaux une vidéo reprenant des propos tenus en off du leader de Calédonie Ensemble ( Philippe GOMES) juste après l'élection des membres du gouvernement et du blocage concernant l'élection de la présidence. Naku press ne reprendra pas ici les propos, mais tout simplement qu'ils ne sont pas dignes d'un tel leader qui n'a pas arrêté ces derniers temps de se pavaner dans les médias pour parler de sa représentativité dans le pays. C'est triste de voir comment un responsable politique peut fléchir dans sa tenue, et raser les paquerettes. Il est vrai aussi que quand on "pète un cable " on a du mal à rester dans les hauteurs... Naku press relève simplement qu'aucun leader indépendantiste n'a daigné sortir de tels propos. Mais comme dirait l'autre : ce sont les vagues de la pirogue qui s'approche de la passe qui fait tout ce remous à bord ... Le calme viendra avec le nouveau jour qui se lévera pour saluer la nouvelle nation qui émergera bientôt.

Naku press : Mise en ligne le 05 janvier 2015

...............................................................................................................................................................
Le camp indépendantiste partira séparé pour le renouvellement du gouvernement. Ce sont pratiquement les mêmes personnes reconduites sur les places éligibles. Mais pour certains les bruits de fonds ont pris parfois de l'ampleur dépassant même la seule stade de discussion.  La leçon c'est est ce qu'il fallait réellement profiter de cette opportunité pour régler le compte de certains , ou alors jouer la continuité dans le travail et laisser reconduire ceux qui étaient déjà en course !!! Derrière cette réflexion il y a tout de même certains comportements qui mériteraient d'être corrigés , pour être à la hauteur de la posture de ces fonctions de ministre au gouvernement du pays…

Autre informations
Nous sommes en périodes de fête , et il y a du mouvement dans le pays. Les gens bougent pour rejoindre leur famille soit dans les îles ou au Nord, et donc les transports en commun sont les vedettes de la période. Mais pas à n'importe quel prix !!! En effet ces derniers temps , il y a eu beaucoup de signalement concernant les bus du RAI , dont certains chauffeurs se prennent des largesses en surchargeant les bus an delà du nombre de sièges autorisés. La Direction du SMTI a été saisie, et des mesures sont actuellement en cours de réflexion pour pallier à ces états de fait, qui mélangent : l'urgence des besoins de la population et celle de la sécurité dans les autobus.

Naku press : Mise en ligne le 30 Décembre 2014
……………………………………………………………………………………………………..
.Hier vendredi 01 aout 2014, le réseau RAI a inauguré l'ouverture de la ligne Nouméa/Ponérihouen, une bonne nouvelle pour la population de cette commune. D'ailleurs, le maire était du voyage, des personnes sont même descendues spécialement pour pouvoir remonter avec le bus , ou " le car du gouvernement " pour reprendre l'appellation faite par la population du réseau RAI. Mais la veille , la Société Star Pacific commandité par le Port autonome pour venir nettoyer une partie du port , celle en face du marché de Nouméa, s'est faite renvoyée par un des locataires des lieux ..... Affaire à suivre dans les prochains jours...

Naku press : Mise en ligne le 02 Août 2014

.........................................................................................................................................................
Oups , un courant d'air , un vent glacial par là …. la ministre d'outre mer est passée faire sa grande messe , dont les grandes lignes ont été données quelque jours auparavant par le premier ministre français VALS. Mais il y a comme un courant d'air , un vent glacial , celui de la démission de Jean Jacques BROT le représentant de l'Etat en Nouvelle Calédonie. Eh oui ce monsieur qui a bien joué en foutant tout un tintamarre à la veille des élections provinciales. Pourquoi démissionne t-il  ? Mission accomplie peut être ? Eh oui et ce monsieur qui revient par la petite porte pour demander s'il peut effacer ses traces en Kanaky avant de repartir …. Le peuple kanak n'est pas dupe , cela s'est déjà vu dans d'autres pays, où des gens sous des habits d'officiel ont des missions plus que militaires , on va dire en bonne et due forme. L'histoire n'aura pas fini de nous raconter des choses … Vigilance et persévérance car les embûches risquent fort d'épouser la forme du chemin ….

Naku press : Mise en ligne le 22 Juillet 2014





Le 23 mai 2014 entre les respects et le protocoles du congrès , il se passe des choses. Certains élus de ces hautes sphères sont venus , et n'ont pas reconnus certaines personnes , ou du moins les ont confondus avec d'autres personnes !!! A se demander si certains de ce beau monde ne se gavent  pas de drôle de produits avant de venir à ces séances du Boulevard Vauban ….  Et dans les couloirs du gouvernement , des infos  circulent via les ascenseurs ; comme par exemple des prévisions concernant la configuration des espaces avec des profils qui se dessinent au travers des premiers partages de portefeuille…. Ainsi va ce petit monde , qui aura à décider pour le pays …..

……………………………………………………………………………………………………..
En période de campagne électorale on est amené à apprécier les talents de certaines équipes à organiser leur communication à la fois pour faire la promotion de leur programme comme aussi pour être plus incisif vis à vis des autres candidats. La Nouvelle calédonie est un petit pays, et tout se sait un jour ou l'autre sur ce que fait chacun et en particulier les hommes publiques. Alors les poubelles sont parfois refouillées quand il s'agit de charger sa communication et depuis hier une vidéo circule , interressant malgré tout car cela fait remonter certains faits réels.  Naku press vous convie à le visionner en allant sur l'adresse suivante : http://dai.ly/x1tanes  Vous souhaitant de passer juste quelques minutes pour découvrir un pan de l'histoire d'un "grand" homme de ce pays …… Et puis pourquoi pas revoir sa copie en cas où ...


………………………………………………………………………………………………………..


Les premiers bruits des prochaines échéances électorales !!!


Il court dans les couloirs et sur radio cocotier, que le Parti Travailliste partira seul pour les prochaines échéances électorales. Une position en réaction au fait que malgré l'unité que le parti a bien voulu afficher avec le FLNKS pour l'élection du président du Congrès, le PT n'a eu aucune reconnaissance  en retour  !!! - Ce sont des bruits ....  


La fête de la citoyenneté

une petite mise à jour (le 30/08/2013) : cette fête va certainement se terminer sur Nouméa , vers le quai FED. ( à confirmer dans les prochains jours ).

A quelques 3 mois du 24 Septembre , les discussions ont commencé pour les préparatifs de l'évènement : mois de la citoyenneté. Habituellement cette fête commence toujours dans une des communes de la province nord pour se terminer à la place du Mwa ka.  2013 à un an de  2014 , eh bien cette fois-ci cette fête se terminera plutôt à la place BIRHAKEIM !!!




La desserte du carburant dans les Iles : Autre infos que l'on ne dit pas !!!

Ces derniers jours, les caméras sont braqués sur le problème des carburants aux îles. La desserte mal gérée, le privé et le gouvernement se passent la balle pour chercher le responsable, mais depuis deux semaines le gouvernement a pris le relais pour servir le carburant dans les îles. Heureusement que dans la boucle il y a des gens qui comprennent les choses et vont à l'essentiel. Les sociétés minières qui ont bien voulu mettre à disposition les barges , les sociétés prétrolières , les services de la DIMENC. A côté de cela parfois la population et surtout les relais chargés de distribuer le carburant ne disent pas tout sur leur réalité. Des réalités qu'on ne dit pas , parce qu'il faut préserver des relations ou des affinités. Sauf que s'agissant du chapitre en question, les choses ne se réglent pas en claquant les doigts. Par contre quand un employé d'une mairie n'est pas là pour réceptionner le carburant , cela ne demande pas  de sortir de Saint Cyr. Et pire que la barge est allée livrer le carburant à Ouvéa , elle a pris le soin de revenir sur Maré. L'absence de cet employé , aura coûté en final : 700 000 cfp à la collectivité publique !!! Les factures impayées, alors que les sociétés pétrolières continuent à livrer, ces choses là on ne les reconnaît pas, on va continuer à pester dans les colonnes du seul quotidien local ... Certes qu'il y a des choses parfaire, mais sachant aussi garder une certaine humilité, et modestie, comme une personne qui a osé donner un autre son de cloche en appelant la population à la raison : savoir utiliser ce que l'on a , en attendant les solutions à venir.  

Naku press : mise en ligne le 25 mai 2013













 Chose promise, chose imminente : la motion de censure de Calédonie Ensemble a démarré le parcours juridique pour être annoncé officiellement dans les prochains jours.

ça y est comme dirait l'autre, Gomes et son équipe ont pris le pas . Aujourd'hui Philippe a démissionné de son mandat de membre du gouvernement, et dans la foulée il court dans les couloirs que la motion de censure est prête à partir , ou est déjà partie !!! Alors dès l'instant où l'info à commencer à se confirmer , les projections de tous ordres quant aux alliances possibles pour faire passer la motion de censure , sont toutes possibles . Que fera untel ou tel groupe politique, ou simplement tel élu !!! Cela doit chauffer dans les chaumières !!! Certains commencent déjà à se poser des questions, est ce que je vais garder mon ministère ou pas !!! 
On attendra , certaines religions ont prédit la fin du monde pour ce 21/12/2012, fait du hasard, ce jour là on saura peut être si Harold sera toujours aux commandes ou pas !!!
 

 L'ironie de Naku press  : mise en ligne le 18/12/2012


Selon Ernest Gope, Yanno ne connait pas les calédoniens


6 juin 2012

Monsieur Yanno,

J’ai lu avec attention votre brochure intitulée « Pourquoi je ne crois pas en l’indépendance », qui de mon point de vue en dit long sur votre personnalité profonde et sur votre « capacité politique ». Mais avant d’aborder ce qu’il faut en comprendre à travers une lecture entre les lignes, abordons la construction de votre argumentation. Votre logique est simple, point de salut sans la France ! Elle s’appuie principalement sur deux grands postulats que l’on pourrait classer ainsi :

1. Une majorité de calédoniens veut rester dans la France ;

2. La Nouvelle-Calédonie serait incapable économiquement sans les finances de la France ;

Tout d’abord votre logique majoritaire. On y reconnait là la marque de fabrique du RUMP. Cet argument massue, qui se veut couper court à tout raisonnement politique, à toute discussion, à toute évolution politique. Comme si vous adressiez une fin de non-recevoir à toute pensée politique, à toute logique qui pourrait être différente de la vôtre. C’est votre syndrome de la pensée unique. L’excuse pour justifier l’immobilisme, le statu quo et le maintien des privilèges des biens pensants de la bourgeoisie calédonienne dont vous êtes un des plus beaux fleurons, au détriment des autres, principalement les kanak.

Le problème Monsieur Yanno, c’est qu’au cours des trente dernières années, cette logique politique, dont votre camp s’est fait le champion, fort de sa majorité électorale, n’a fait que rapprocher inexorablement la Nouvelle-Calédonie de la souveraineté.

L’entêtement politique de votre camp, son incapacité à prévoir les évolutions profondes du pays, son obstination à vouloir accaparer tous les pouvoirs, tous les privilèges, son profond mépris des revendications et aspirations du peuple kanak, vous a conduit à ne faire que des concessions politiques dont vous ne devriez pas vous enorgueillir au nom d’une quelconque logique majoritaire.

Toutes les avancées politiques au cours des trente dernières années en Nouvelle-Calédonie ont été possibles grâce à la lutte et à la revendication du peuple kanak et non pas grâce à la volonté politique de votre camp, malgré le fait qu’il détenait tous les pouvoirs dans ce pays. Mais à lire votre pamphlet, Monsieur Yanno, on constate avec tristesse que vous n’avez rien compris des fondements de la vie politique calédonienne et surtout que vous n’avez rien appris de son histoire, pourtant récente.

Vous invoquez toujours cette logique majoritaire, non pas pour construire, mais pour préserver les privilèges de quelques-uns, des plus forts, dont vous vous faites la marionnette politique. Vous êtes en cela dans la lignée de vôtre mentor Pierre Frogier, qui lui avec une grande « finesse » politique, appelle tous ceux qui ont soutenu Sarkozy aux dernières présidentielles à se rassembler, sans doute pour mieux résister au nouveau gouvernement socialiste, (quel manque d’habileté politique), comme si la Nouvelle-Calédonie était soudainement en état de siège ! Avec ça, vous vous êtes à n’en pas douter, mis les socialistes dans la poche pour les négociations à venir ! C’est aussi avec ce type d’intransigeance politique, d’aveuglement et de mépris des autres que vous avez, par le passé, poussé les indépendantistes à des comportements extrêmes.

C’est à n’en pas douter avec ce genre d’attitude et de positionnement, que vous allez rallumer le feu d’une lutte qui s’était éloignée des sentiers de la guerre, pour construire une citoyenneté calédonienne. Votre logique majoritaire, pour fin de non-recevoir, est dangereuse pour le pays, car elle nous ramènera la guerre.

Et vous savez, Monsieur Yanno, vous nous rendez bien service, car si vous avez un tant soit peu de jugeote politique, ce que je doute fort à votre lecture, vous comprendrez que cette guerre, vous ne la gagnerez jamais, avec ou sans majorité. Quant à la capacité économique de la Nouvelle-Calédonie, alors là!

Soit vous atteignez le summum de l’incompétence, soit celui de la mauvaise foi. Vous nous dites qu’il faudrait 24 usines comme celle de Doniambo et multiplier par 7,5 le montant de l’impôt sur le revenu pour compenser l’arrêt de la participation financière de l’état ! A dire vrai, Monsieur Yanno, encore une fois, vos adversaire politiques doivent louer autant d’approximation, de maladresse et de mauvaise foi politique, car l’épaisseur de vos argument révèlent sérieusement votre nature profonde, car elle trahit les fondements de votre personnalité réelle.

Toute votre vie, vous vous êtes construit l’image de garçon de bonne famille, travailleur, sérieux, aspirant à être digne de confiance. Science éco, science Po, expertise comptable, commission des finances de l’assemblée nationale. A priori, il est difficile de vous soupçonner d’incompétence, en tous cas en matière financière et fiscale ! Mais tout de même Monsieur Yanno.

Certes la SLN, contrairement aux affirmations de Madame Duthévert, est loin d’être un modèle en matière d’exploitation minière et industrielle, mais de là à prétendre qu’il faudrait 24 usines comme celle de Doniambo pour compenser les 140 milliards de transferts financiers de la métropole, il faut quand même pas pousser grand-mère dans les brousses comme on dit ici.

Je vous invite à changer de référentiel en matière de nickel et à vous renseigner sur les capacités des projets de la SMSP, ou de la Province Nord dans le domaine et vous constaterez vite de l’énormité de vos affirmations. Sans doute votre arithmétique, lorsqu’il s’agit de faire des démonstrations qui vous arrangent, est-elle défaillante ?

Comme l’est celle que vous évoquez au sujet de l’impôt sur le revenu, car comme vous le savez, il suffirait seulement de doubler la pression fiscale calédonienne actuelle, une des plus faibles au monde, pour financer la quasi-totalité des 140 milliards en question. Mais bien sûr, Monsieur Yanno, vous ne parlez que d’impôt sur le revenu, (très inégalitaire en NC) pour ne pénaliser que les plus faibles, quand il serait bien plus juste d’y inclure aussi l’impôt sur les sociétés, notamment celles de vos petits copains, qui en Nouvelle-Calédonie, ont une des meilleures rentabilités au monde !

Mais là vous cesseriez d’être le protecteur de lobbys que vous êtes. Je vous ai trouvé beaucoup plus saignant en matière de fiscalité, lorsqu’il s’agissait de défendre la défisc calédonienne à l’assemblée nationale ! Il est vrai qu’alors, vous défendiez surtout le bout de gras de votre épouse… Car si l’on se réfère au rapport de la Chambre de Comptes locale, on constate qu’à travers de nombreuses errances, ce dispositif a surtout favorisé les intérêts des promoteurs des différents projets et des intermédiaires comme votre épouse, plutôt que l’intérêt supérieur de notre pays.

Vous semblez aussi ignorer totalement les dispositions de l’Accord de Nouméa, qui est on ne peut plus clair sur la question des transferts financiers. « L’accompagnement financier de l’état, pendant le durée du dispositif ». Le dispositif étant l’Accord lui-même. Ce qui veut dire que quoi qu’il arrive, la Nouvelle-Calédonie, contrairement encore une fois à ce que vous laissez entendre, devra financer elle-même la compensation de l’arrêt des transferts financiers de l’état au terme de l’Accord. Une tromperie de plus que vous essayez de faire gober aux calédoniens.

Aussi Monsieur Yanno, quand vous développez ce genre d’arguments, il est difficile de vous soupçonner d’incompétence, à moins que vous nous fassiez l’aveu du contraire. Ce dont je doute ! En fait, vous démontrez, par ce genre de stratagème, votre mépris suprême des calédoniens, car vous utilisez votre image de compétence, pour les tromper, les abuser et les induire en erreur. C’est un des aspects ignobles de votre démarche politique et de votre personnalité.

Mais je pense que votre erreur est à la hauteur de votre suffisance et de votre arrogance.

Les calédoniens ne sont pas aussi idiots que ne le laisserait supposer le traitement que vous leur imposez et vous le constaterez sans doute bientôt à vos dépends. Deux petites choses encore car là aussi, je trouve qu’elles reflètent bien l’ignominie de votre personnalité.

Tout d’abord, la comparaison que vous faites avec le Vanuatu, car elle est à la fois condescendante, méprisante et insultante pour les Vanuatais, mais aussi pour les Mélanésiens et les indépendantistes, en ce sens qu’elle fustige de manière implicite leur capacité et leur droit à se gérer comme ils le désirent. Là aussi, vous êtes incapable de comprendre que l’on puisse avoir un référentiel de vie, ou une conception du bonheur qui soit différent du votre.

Enfin, comment ne pas évoquer votre dérive sécuritaire. On vous a entendu vous vanter au cours de cette campagne d’avoir obtenu les crédits pour bâtir un nouveau centre pénitentiaire, qu’au demeurant vous souhaitez le plus loin possible de Nouméa. On vous a entendu prôner un couvre-feu pour les moins de 13 ans, en d’autres temps faire l’apologie des caméras de sécurité dans Nouméa, de l’augmentation des forces de police.

On ne vous entend jamais, sur la prévention de la délinquance, ou sur une éventuelle analyse des raisons de l’augmentation de cette délinquance, ou des racines du problème.

La vérité Monsieur Yanno, c’est que votre dérive sécuritaire s’articule sur une assimilation raciste implicite anti kanak. La vérité c’est que votre discours incite à la division, qu’il ne sert qu’à défendre les intérêts des vôtres et qu’il est dangereux pour le pays. Vous serez sans doute réélu et sans doute cela suffira-t-il à vos dérisoires ambitions.

Mais soyez en certain Monsieur Yanno, car malgré toutes vos tromperies, les calédoniens savent reconnaitre les hommes de cœur, que vous ne serez jamais pour eux un homme capable de rassembler ! En cela votre démarche politique est totalement insipide, inutile et vos croyances ne servent qu’à abuser les vôtres.

ERNEST GOPE

(source: lecrikanak)


Au fil de la campagne des élections législatives du 10/06/2012 ....

Vu sur les mails depuis ces derniers jours, 

Lettre ouverte à M. Gomès

Puisque que vous osez encore vous afficher en public lors de cette élection, permettez à un vieux Calédonien de Koumac qui suit depuis longtemps vos tribulations politiques de dire tout le mal qu'il pense de vous. Eh oui, je ne me permettrais pas de juger le Philippe Gomès « privé » que je ne connais pas, mais je tiens à témoigner du Philippe Gomès « public », un personnage fort peu recommandable.

Vous avez fait vos classes politiques auprès de feu Jacques Lafleur à l'ombre duquel vous avez appris les coups tordus et autres méthodes d'enrichissement rapide en confondant affaires publiques et privées. Vos
premiers faits d'armes maffieux, vous les avez réalisés à l'ADRAF en détournant des fonds, en faisant payer par cet établissement public des notes de restaurant, d'hôtel et de voyage faramineuses et en détournant des
terres que vous avez distribué à vos copains de La Foa dans l'espoir de vous
faire un jour élire maire.

Tout ceci a été reconnu et consigné dans un audit officiel et vous auriez dû finir en prison avec vos complices, mais Jacques Lafleur vous a sauvé de la justice en demandant à l'Etat d'alors d'inclure vos magouilles dans l'amnistie qui a suivi les événements. Coupable mais déjà capable de passer
entre les mailles de la justice !

Je ne m'étendrai pas plus que cela sur la période où vous étiez un courtisan zélé de Jacques Lafleur et maire de La Foa, une période où vous avez, avec quelques autres maffieux pratiqué le racket en monnayant vos autorisations,  vos permis de construire, en obtenant des pots de vin en nature sous forme de terrains ou de liasses de billet. Ce qui faillit vous coûter une condamnation mais là encore la justice a échoué à cause d'un vice de forme

Lorsque vous avez senti que le vieux Lafleur s'affaiblissait, avec quelques complices vous avez monté un nouveau parti pour l'achever, vous avez réussi votre coup mais quelques années après, à cause de votre égocentrisme, vous avez cassé l'Avenir Ensemble. C'est dailleurs une de vos habitudes ; vous abîmez tout ce que vous touchez : vous avez plombé les finances de la province Sud et votre gouvernement est tombé parce qu'en réalité, vous avez perdu la confiance de vos partenaires. On peut s'inquiéter de ce qui
adviendrait si par malheur vous étiez élu député.

Récemment la justice vous a enfin pris la main dans le sac. Vous avez profité de votre position de président de la province Sud pour vous enrichir et vous essayez bien sûr de faire passer cela pour une attaque politique.

Malhonnête jusqu'au bout nest-ce pas ?
Les Calédoniens qui en doute encore s'en rendront compte, lorsque la justiceaura achevé son enquête sur les détournements de fonds publics que vous avez orchestré avec M. Dunoyer en faveur de fausses associations, pour financer votre campagne aux élections provinciales de 2009.

Vous avez la parole plutôt facile et comme vous savez mentir avec beaucoup d'assurance, vous parvenez à berner des gens qui ne connaissent pas l'histoire politique du pays, notamment les jeunes ou ceux qui ont la
mémoire courte

Vous êtes prêt à tout pour exister politiquement alors vous n'hésitez pas à changer d'avis au gré de l'évolution politique.Vous mentez en accusant les loyalistes du RUMP-AE de pousser le pays vers
l'indépendance-association alors qu'hier vous souhaitiez que la Calédonie devienne une petite nation.

Vous attaquez vos anciens amis politiques parce qu'ils travaillent avec l'Union Calédonienne et le Parti Travailliste alors qu'hier vous travaillez avec le Palika.

Vos revirements et vos contradictions s'expliquent uniquement par un égocentrisme démesuré : lorsque vous faites les choses, c'est bien, mais les mêmes choses faites par d'autres, cela devient une ignominie.
Un tel comportement frôle la pathologie. Permettez-moi de vous dire que cet égocentrisme, votre absence de sincérité, votre malhonnêteté et votre manque de scrupules font de vous un des personnages les plus nocifs de l'histoire politique calédonienne. Depuis plus d'un an, vous et vos amis Philippe Dunoyer et Hélène Iekawe touchez 800000 frs par mois et vous ne faites strictement rien sous des prétextes fallacieux. C'est absolument inadmissible car vous ne respectez ni ceux qui vous ont élus, ni les institutions de la Nouvelle-Calédonie. Et vous prétendez vouloir diriger le pays et travailler pour les Calédoniens...

Vos manoeuvres irresponsables démontrent qu'en fait vous vous fichez de l'Accord de Nouméa. Vous attisez les divisions, vous montez les gens les uns contre les autres et vous n'hésiteriez pas à provoquer de nouveaux événements pour essayer de revenir au pouvoir.

J'attends avec impatience que la justice vous écarte définitivement de la vie publique de notre territoire car vous êtes un personnage dangereux.

Veuillez croire Monsieur Gomès à ma profonde antipathie.
Un vieux Calédonien de Koumac

Naku press : Mise en ligne le 06/06/2012 à 17h40




CALEDONIE ENSEMBLE DEJA EN CAMPAGNE POUR LES LEGISLATIVES DE 2012 !!!

Trouvée dans les boîtes aux lettres une revue (bien rangée dans une enveloppe en bonne et due forme pour être distribuée). Juin 2012 : LA PAROLE AU PEUPLE.
Calédonie Ensemble s'exprime déjà sur une échéance qui aura lieu d'ici 6 mois, comme quoi que certains ne perdent pas leur temps.
Une petite revue bien montée, mais avec un discours bien à la sauce Calédonie Ensemble qui passe son temps à tirer sur tout ce qui bouge. Propagande oblige, mais parfois rétro dans son agencement, car on a l'impression que l'on a oublié qu'on est à l'ère de la 3G !!!  Mais en démocratie, l'opinion publique a droit à toute forme d'expression !!! En tous les cas, Naku press de part sa couleur politique, entend bien que cette revue est bien loin de soutenir la thèse de l'indépendance, mais cela vaut le détour, pour voir aussi ce que dont certains en sont capables !!!

Naku press : Mise en ligne le 30/12/2011 à 13h19


Les "bruits "de la région...


Le Groupe Fer de lance Mélanésien

Les leaders du Groupe Fer de Lance Mélanésien (GFLM) vont signer le "traité de protection du savoir traditionnel" lors de la réunion spéciale qui va avoir lieu mercredi à Nadi ici à Fiji.
Le directeur de cabinet du secrétaire adjoint du ministère des Affaires étrangères Sila Balawa vient de le confirmer.
Rappelons que ce dossier avait déjà été évoqué lors du sommet qui s'est tenu en mars ici à Suva, mais les leaders avaient décidés de prendre un peu plus de temps pour finaliser le concept.
C'est donc ce mercredi que ça va se faire, c'est une première : La MELANESIE sera la première région à protéger son savoir traditionnel. L'honorable Sato Kilman premier ministre Vanuatais ainsi que le Premier ministre Papou Peter O'Neill arrivent demain ici à Fiji.
Le ministre des affaires étrangères Salomonais Peter Shanel va représenter le Premier ministre Danny Philip qui est retenu à Honiara afin de préparer la visite de Ban Ki Moon (SG des NU).
Cette réunion spéciale se tiendra donc la veille du deuxième sommet "engaging with the Pacific" toujours à Nadi.
Il semble que ce soit Victor Tutugoro qui arrive demain aussi pour le FLNKS.
La première réunion à ce sujet s'est tenu en Kanaky à Koohnê pendant le festival des arts Mélanésiens.


ENGAGING With The Pacific.

La 2° réunion "Engaging With The Pacific" va se tenir ces jeudi 1° et vendredi 2° sept à Nadi ici à Fiji. Pour rappel cette réunion comme certains aiment à l'appeler "le mini-Forum des Iles du Pacifique" a été initiée l'an dernier par le Premier Ministre Fijien Bainimarama au moment où le Vanuatu (Gouvernement Natapei) ne voulait pas céder la présidence du Groupe Mélanésien du Fer de Lance à Fiji.
Fiji est toujours suspendu du Forum des îles du Pacifique : "tant que le Pays restera sous le régime militaire".
"Engaging With The Pacific" réunit les PSIDS (Pacific Small Islands Developping States" (les petits états insulaires du Pacific en développement) afin d'évoquer les questions qui sont au coeur de cette région. Cette année, le gouvernement de la NC a été officiellement invité, mais "aux dernières nouvelles, il aurait décliner l'invitation.
Aujourd'hui la secrétaire permanente de l'information Fijienne : Sharon Smith - Jones a déclaré que l'organisation pour la couverture médiatique est en place, il y aura un média center pour les médias locaux et internationaux avec des possibilités d'interview des Leaders selon les demandes et les réponses.
Selon elle, Fiji prend les devants de la scène en réunissant les Leaders et les hauts fonctionnaires des PSIDS et "il est important de s'assurer que la couverture médiatique à proprement parlé soit juste, équitable et équilibrée"...
Cette réunion se tient d'ailleurs une semaine avant le "sommet des leaders du Forum des Iles du Pacifique" qui va avoir lieu à Auckland et le jour suivant le Sommet des Ministres des Affaires Etrangères du Groupe Fer de Lance Mélanésien.
Mise en ligne par Naku Press le 30/08/2011 à 5h00.
............................................................................................


UDC a un blog

http://union-destin-caledonien.blogspot.com

L'Union pour un Destin Commun se compose de deux élues qui sont: Nathalie BRIZARD & Corine DAVID, membres du congrès de la NC & de l'Assemblée de la province-Sud

Kanaky, le 13 juin 2011

------------------------------------

L'ombre des prochains jeux du Pacifique...

Depuis déjà quelques mois, les services techniques du pays et de la mairie de Nouméa se mobilisent pour la construction et la mise  en norme des infrastructures sportives pour l'acceuil des jeux. S'ajoutent à cet aspect technique toute une partie protocolaire, donc c'est l'organisation du parcours de la Flamme, on sait donc qu'elle partira d'Iaai. Aujourd'hui, on aborde déjà la question de l'arrivée des délégations: on sait que les hôtels de la place sont déjà remplis, qu'il y aura 200 journalistes mobilisés pour la couverture de cet évènement. Mais, le petit hic : c'est l'entrée des délégations sur le territoire. Alors la cérise sur le gâteau, la voici : toutes les délégations vont rentrer sur le territoire sans visa, à l'exception de celles du Vanuatu et Fidji... Pourquoi ces deux pays, il se dit dans les couloirs : risque d'une immigration massive ??? Comme, par hasard, ce sont  nos deux pays frères ..... Naku press s'interroge...
Mise en ligne Par Naku press le 26/05/2011 à 23h10


Les conférences de Hamid Mokaddem...

La triple signification de l’Accord de Nouméa
Conférence d’Hamid Mokaddem, formateur à l’IFMNC, le jeudi 28 avril à 18H en Salle 17 à L’IFMNC (Anse Vata face au collège Mariotti) - Renseignement au 26 45 41

Résumé
L’Accord de Nouméa s’entend et se comprend en trois sens. Une signification politique dans la mesure où l’Accord fut un accord fondé sur un compromis signé en avril-mai 1998 entre les trois représentations des trois forces et légitimités politiques (Etat, FLNKS, RPCR). Une signification juridico-politique puisque l’Accord renvoie à un corpus de trois textes dont deux constituent des droits ou des principes politiques (Le Préambule, le Document d’orientation et la loi organique). Les principes du droit politique sont un contrat social provisoire (jusqu’en 2023 au plus tard). Enfin, l’Accord de Nouméa renvoie à une signification existentielle. La Nouvelle-Calédonie est impliquée dans une séquence d’événements (1998-2023) dont les scansions rythment notre durée et notre quotidien. La conférence se propose d’analyser la triple signification de l’Accord de Nouméa en suspendant tout parti pris idéologique et politique.

Quel drapeau en commun ?
Conférence d’Hamid Mokaddem, formateur à l’IFMNC, le jeudi 5 mai à 18H en  Salle 17 à L’IFMNC (Anse Vata face au collège Mariotti)- Renseignement au 26 45 41

Résumé
Nous désirons pratiquer le pari sur l’intelligence dont a fait preuve jusqu’à présent la Nouvelle-Calédonie depuis 1988, date des accords de Matignon-Oudinot. Nous voulons démontrer qu’il nous est possible aujourd’hui de parler de politique avec objectivité sans faire de la politique. La conférence se voudra didactique et nous procéderons en deux parties distinctes : d’abord comprendre les sens historiques des deux drapeaux (le drapeau dit « kanak » et le drapeau dit « français ») ; ensuite, analyser d’un point de vue anthropologique les placements des collectifs autour des conflits d’interprétations. Expliquer les logiques et lectures qui sont faites dans ces jeux et calculs des positionnements. Comprendre l’enjeu des représentations obstruant ou rendant difficile la construction d’une communauté politique au singulier revient à comprendre les raisons qui rendent difficiles le choix en commun d’un drapeau et d’un nom de pays. En somme, derrière la question des drapeaux, il importe de discerner comment se pose la question du symbolique en Nouvelle-Calédonie en pleine séquence de l’Accord de Nouméa dont, faut-il le rappeler, le mot d’ordre est celui de destin commun. Pour ce faire, nous proposons de lire le sens des drapeaux, leurs incidences historiques, et de situer les choix futurs des signes identitaires dans le contexte proposé par les textes de l’Accord de Nouméa.
-------

LES ECHOS DES CHAUMIERES...

Après plus de 150 ans de colonisation, le peuple kanak est encore là à compter sur les doigts de la main les jeunes cadres notamment dans les milieux tels: la médecine, la justice, l’aéronautique, etc. Le dispositif 400 Cadres, mis en place par les différents accords, est en principe le levier qui doit fournir le capital intellectuel pour occuper des postes clés dans le pays à construire.

Lors d’une discussion avec un jeune kanak gérant d’une petite affaire dans le domaine du suivi de l’immobilier, celui-ci nous fait part du cas d’un jeune médecin kanak rentré depuis 2 ans au pays. Celui-ci continue à galérer, en faisant des remplacements dans les cabinets de la place, simplement parce qu’il n’arrive pas à avoir une matricule CAFAT, soit disant que le répertoire est plein selon l’Ordre des Médecins. Un jeune kanak qui n’a pas de place dans son pays !

Une autre est rentrée aussi récemment, et pareil elle cherche encore une place. Une autre fille actuellement dans les années d’internat, a cherché à maintes reprises à faire ses années d’internat au pays, et comme par hasard cela n’a pas été possible.

A méditer par ceux qui chantent facilement la citoyenneté dans ce pays .
Mise en ligne par Naku Press le 12/04/2011 à 11h45

........................................................................................................

Que va-t-il se passer ce samedi 02/04/2011 à Nouméa ?

La population est prise à partie par les médias, obligée de suivre l’actu politique de ces derniers temps. Cette semaine c’est la pointe de la courbe, depuis lundi on nous annonce deux manifs pour ce samedi 02/04/2011 : manif et contre manif diront certains, drapeau commun contre drapeau kanak diront  les adeptes de  la communication contradictoire. Demain Vendredi 01/04/2011 est une journée chargée : élection du gouvernement, et le bureau du congrès dans l’après midi (peut être), c’est aussi demain que le  haussariat donnera ou pas l’autorisation des manifs.

Mais, les coulisses en disent bien d’autres choses, que toute cette mascarade affichée par la presse pour encore façonner l’opinion publique déjà bien imprégnée des querelles politiques politiciennes. Il court ce soir le bruit que Calédonie Ensemble, le collectif pour un drapeau commun et le collectif pour le drapeau kanak accepteraient de faire un débat en direct sur les ondes de la Radio Djiido déjà installée à la place du Mwa Ka depuis ce jeudi 31/03/2011.  A croire que les instances, les belles salles climatisées ne suffisent plus pour débattre des questions concernant la société – le débat s’installe dans la rue, mais il y a débat. C’est peut être là un essentiel à retenir. 
Mise en ligne par Naku press : le 31/03/2011 ( 21h59)

.................................................................................................................................................................
               
Les anti-drapeaux se mobilisent...

COMMUNIQUE DU COLLECTIF POUR UN DRAPEAU COMMUN

Le Collectif dénonce le prétexte avancé par une composante politique pour faire tomber le Gouvernement, alors que la population veut un drapeau commun pour un destin commun, approuvé à 72% en 1998. Ce même groupe politique, qui se permet de fixer des ultimatums et de menacer la paix civile, annonce qu’il va tenter de faire voter par le congrès la loi faisant du drapeau du FLNKS le drapeau du pays, et ce avec son nouvel allié.
Notre pays a besoin plus que jamais d’un drapeau qui nous réunisse tous. Faisons-le savoir, ne nous laissons pas confisquer notre parole. Nous avions annoncé une grande manifestation par laquelle les citoyens pourraient enfin s’exprimer. Le temps est venu !
Nous vous invitons à une grande réunion le 10 mars au Nouvata (salle Vénézia). Nous y dévoilerons la date de la grande mobilisation.

Citoyens, debout !

Kanaky, le 22 février 2011

--------------

VISAGES DE LA SOUVERAINETÉ EN OCÉANIE

Textes réunis et présentés par Natacha Gagné et Marie Salaün
Cahiers du Pacifique Sud Contemporain
ISBN : 978-2-296 - 12857-6; 214 pages ; Prix éditeur : 20 €

Dans le Pacifique Sud, le recouvrement de souveraineté à la fin de la période coloniale a d’abord été clairement assimilable à la notion d’« indépendance », soit à une pleine souveraineté étatique en regard du droit international. Il semble qu’il n’en est aujourd’hui plus de même.

Opérations de maintien de la paix et conditionnalité de l’aide au développement limitent, en pratique, la souveraineté des jeunes États mélanésiens.

Ailleurs, l’émergence de nouvelles formes de revendications de souveraineté « interne », qu’elles soient autonomistes ou se réclament du droit des peuples autochtones, contribue elle aussi à dissocier de manière inédite « souveraineté » et « indépendance ».

Le pari des textes rassemblés ici est de proposer une analyse de la souveraineté en marche, à travers des études de cas de luttes souverainistes telles qu’elles s’affirment au quotidien et se recomposent localement, en Nouvelle-Zélande, à Hawai‘i, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie.

Publié sous la direction de Natacha Gagné et Marie Salaün, avec des contributions de Sémir Al Wardi, Claire Charters, Jamon Halvaksz, Ulf Johansson Dahre, Hamid Mokaddem, Bruno Saura et Éric Schwimmer.

****************


 Disparition de madame Suzie VIGOUROUX

Bonjour à tous,

C’est avec beaucoup de tristesse que je vous informe de la disparition de madame Suzie VIGOUROUX,
qui nous a quitté le dimanche 2 janvier 2011. Elle a été élue au Congrès NC et de la Province Sud de 2004 à 2009.
Depuis le mois de mai 2009, elle a été collaboratrice au Congrès NC. Suzie nous laisse sa gentillesse et sa générosité.
Que Dieu accueille son âme au ciel.
La veillée a débuté ce jour de 10h00 à 20h00.
La messe sera célébrée le jeudi 6 janvier 2011 à 9h30 suivie de son incinération à la morgue du 6ème KM.

Bien à vous.
Marie-Thérèse.

Kanaky, le 5 janvier 2011
--------------------------------------------------

Le MNJE Horizon 2014 veut se réunir en AG le samedi 18 décembre 2010...

"Bonjour tout le monde, MNJE HORION 2014,
la fin de l'année approche ou plutôt l'année 2010 se finit - mais pour autant le chantier du "rééquilibrage social" reste inachevé voire il se développe à grande vitesse avec d'immenses inégalités, ne pouvons nous pas nous réunir en AG le samedi matin du 18 décembre (à la mairie ou ailleurs) ?
Avec comme odj: Bilan moral et financier, renouvellement du bureau et plan d'actions 2011 - 2014 (les grands dossiers)
voilà voilà -
P.S. merci sylvain d' avoir pris un peu de ton temps pour éclairer les habitants du squat ce samedi - et également merci à Gérard de prendre la mesure du dossier des squats du vallon http://www.lnc.nc/grand-noumea/mont-dore/230821-prives-deau-courante.html
Bonne journée fara

Kanaky, le 7 décembre 2010


µ µ µ µ µ µ
JOURNEE RECREATIVE DU SAMEDI 4 DECEMBRE 2010

LIEU : SQUAT DU VALLON DORE (route principale vers la Briqueterie- à droite avant le magasin «Matériaux de construction » de Mr Bocquet

THEME / Le squat : un nouvel espace de socialisation
Animation : radio djiido

Invités : MIJ Mont Dore- LA MAISON DE LA FEMME (pas disponible) - ACTION SIDA - La FASEM - CCAS RESEAU ASSISTANCE MATERNELLE (négatif) - LA MAIRIE (sans suite) - LA LIGUE DES DROITS DE L’HOMME - LA FOL- ELU PROVINCE SUD - ADLD - SERVICE CHARGE DU SOCIAL AU GOUVERNEMENT (à confirmer)


PROGRAMME

MATIN

8 h - Accueil - Geste coutumier : Aire Djubea Kuapumê
9h - Ouverture: Chant - Danse du Vallon Dore

10h : Interventions

1 - Les représentants des squats du Vallon Dore

2 - La Mij - Action Sida

3 - Information sur le fonctionnement de la Maison de la Femmes

4 - La FOL

5 - Questions réponses
12h - Repas  (Participation financière bienvenue)

APRES - MIDI
13h - TABLE RONDE ANIMEE PAR RADIO DJIIDO

Intervenants :
- les squatteurs
- La Fasem

- La Ligue droits de l’Homme

- Mr Sylvain Pabouty élu FLNKS Province Sud

- Invité la Mairie (sans suite à ce jour)

- Le gouvernement (à confirmer)
17h - Chant - clôture

Kanaky, le 29 nov 2010
*********
Vient de paraître chez l'Harmattan

µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ


Retranscription "mot à mot" OFM 22 NOV 2010 / MID – GAY


Journaliste : Journée importante, ce jeudi 25, à la province Sud, avec un débat d’orientation budgétaire, concernant l’année 2011. Avec toujours cette problématique : les caisses de la maison bleue sont-elles vident, comme le dit le Rassemblement ou est-ce un coup de bluff, comme l’affirme Calédonie ensemble ? La réponse à cette question est d’autant plus importante car les conséquences peuvent être graves pour la politique sociale et culturelle, mais aussi pour le monde associatif. Dans un souci d’équité et avec un esprit non partisan, la rédaction d’Océane FM réunit les protagonistes de ce dossier depuis quelques semaines et donne aujourd’hui la parole, dans un premier temps, à Philippe Michel de Calédonie ensemble et deuxième vice-président de la province Sud. Éric Gay du Rassemblement et premier vice-président de cette institution commentera ces propos. Alors, déficit ou pas ? Trou dans les caisses ou bluff ? La parole est à Philippe Michel :

Philippe Michel : Ce débat d’orientation budgétaire, qui aura lieu jeudi prochain à la province, est extrêmement important, puisqu’il intervient au moment où il y a une polémique sur un déficit budgétaire de la province, une impasse pour construire le budget 2011, qui est invoqué par le Rassemblement UMP. Nous avons, en prévision de cette réunion de l’assemblée de province, des éléments nouveaux qui sont extrêmement importants, puisqu’on sait maintenant que la province Sud disposera, au moins de 4 milliards CFP de recettes supplémentaires en 2011, en provenance de la Nouvelle-Calédonie notamment. Nous savons également, c’est avéré qu’elle a la possibilité d’emprunter comme chaque année, et puis enfin, nous savons que l’État a une dette de 2 milliards vis-à-vis de la province Sud, au titre des contrats de développement. La conclusion est donc très simple : 4 milliards de plus de financements supplémentaires, une possibilité d’emprunt, 2 milliards d’arriérés de l’État, il n’y a pas d’impasses budgétaires à la province Sud pour 2011, et nous en ferons la démonstration lors de ce débat d'orientation budgétaire. Pour autant, la clé de répartition, fixée il y a 22 ans, pénalise de plus en plus lourdement les populations du Sud. C’est pour ça qu’on a fait des propositions de modification de la loi organique sur ce sujet et que nous les examinerons au Congrès, quoi qu’il arrive, avant la fin de l’année. Au total, il n'y a donc aucune raison d’affoler les populations ou de provoquer volontairement une crise politique en annonçant, comme le fait le Rassemblement, des restrictions financières, pour les interventions sociales et culturelles, des menaces sur l’aide médicale, et des aides en matière d’enseignement, etc. Ce sont des menaces et des positions qui sont parfaitement injustifiées. C’est une stratégie qui est tout à fait indigne de ceux qui ont des responsabilités à la province Sud et des responsabilités particulières vis-à-vis de la population, parce que, je le répète, le budget 2011 sera équilibré sans difficulté et que la discussion sur la modification de la clé de répartition pour l’avenir des finances provinciales aura lieu quoi qu’il arrive, d’ici la fin de l’année au congrès de la Nouvelle-Calédonie. Voilà, donc, c’est ce qu’on voulait dire aujourd’hui, et pour le reste, rendez-vous jeudi prochain, à l’assemblée de province.
Journaliste : Éric Gay, bonjour.
Éric Gay : Bonjour et merci de votre invitation.

Journaliste : Vous venez de découvrir à l’instant les propos de Philippe Michel. Une première réaction, comme ça, à chaud.
Éric Gay : Ma première réaction à chaud, c’est que je suis effaré des propos d’un responsable de ce niveau, qui a géré pendant plus de cinq ans la province Sud. Lorsque j’écoute monsieur Philippe Michel, qui manie les chiffres avec une facilité et une dextérité extraordinaire, afin de semer le trouble dans l’opinion publique, cela me fait peur, et surtout, cela prouve qu’il n’a aucune compétence de gestion publique et on voit qu’il n’est pas au quotidien, comme on peut l’être dans les communes ou ailleurs, à gérer le bien-être des populations. Je voudrais juste vous donner des chiffres que j’ai, et qui vous donnent un aperçu et je crois qui permettra à vos auditeurs de se rendre compte de la portée de mes propos. Lorsqu’en 2004, Philippe Gomès, Philippe Michel arrivent à la province Sud, il y avait exactement 760 millions dans les caisses. Ça, c’était ce qu’avait laissé la gestion précédente de Jacques Lafleur et de Pierre Bretegnier, avec des recettes fiscales qui n’étaient pas celles qu’ont pu connaître les années précédentes et aujourd’hui. Les exercices budgétaires suivants, 2005, 2006, 2007, c’est-à-dire la véritable gestion, et ça, ce ne sont pas des chiffres qu’on manipule puisque ce sont les résultats des comptes administratifs, ont fait valoir à chaque fois un déficit budgétaire à la fin de l’année. C’est-à-dire qu’on dépensait systématiquement plus que ce qu’on pouvait rentrer comme recette. Le déficit budgétaire de 2005, c’était 1,2 milliard. On avait dépensé plus 1,2 milliard que ce qu’on avait pu rentrer en recette. En 2006, c’était 3 milliards de déficit. Alors, on pouvait supposer qu’il y avait déjà le milliard de l’année précédente, et donc, il y avait 1,8 milliard supplémentaires de déficit. 2007, ça a été un peu plus raisonnable, mais surtout parce que les recettes fiscales étaient importantes. On commençait à sentir les recettes importantes du nickel qui allaient arriver en 2008. On était descendus à 408 millions. Ça a permis, ces recettes fiscales…, mais on était encore en année déficitaire. Et 2008 est l’année extraordinaire, d'ailleurs, on va dire que c’est le coup de chance fabuleux qu’ils ont eu dans cette gestion, c’est plus 9 milliards à la fin du compte, en sachant très bien que dans le véritable exercice budgétaire, c’était 12 milliards. Donc, ils avaient dépensé déjà 3 milliards. Et 2009, les élections arrivent, nous prenons la suite de cette gestion avec une obligation de suivre ce qui avait été engagé dans le budget, puisque c’est pas nous qui avions voté ce budget, c’est eux qui avaient fait ce budget, et on se retrouve cette fois-ci avec un déficit de 6 milliards. Ce sont des gens qui ne savent pas gérer les collectivités, voilà, c’est très simple. Je le dis et je le redis : la situation budgétaire de la province est dans une situation extrêmement difficile et il va falloir que chacun des élus, dans le cadre du débat d’orientation budgétaire, cette fois-ci, ne fassent plus de l’agitation médiatique ou en essayant de contrecarrer ou de faire oublier qu’ils ont géré la province de façon catastrophique et anarchique. Cette fois-ci, on est dans une situation où les Calédoniens nous demandent de prendre nos responsabilités. Ils nous disent d’arrêter ces querelle incessantes, de leur balancer des chiffres dont ils perdent leur latin, dans ces histoires. Au départ, on parle de milliard, etc. Quand vous parlez à des gens qui gèrent des petits budgets, ils y comprennent plus rien. Donc, il faut leur dire les choses simplement, et que ceux qui ont mis la province dans cette situation-là le reconnaissent. Ça suffit, c’est tout. Voilà, on est dans cette situation-là et on va mettre tout en œuvre pour rétablir les financements de la province.
Journaliste : Justement, quand Philippe Michel vous dit en gros, c’est pas son propos, mais en gros : Éric Gay et le Rassemblement, vous mentez, vous contestez ?
Éric Gay : Non, mais c’est intolérable d’entendre de tels propos. J’ai entendu qu'on affolait les populations, qu’on voulait provoquer des crises politiques, qu’il y a des menaces sur les subventions culturelles, associatifs, qu’il y a des menaces sur l’aide médicale, etc. Restons sérieux deux minutes. On a un budget devant nous et on doit trouver toutes les solutions possibles pour équilibrer ce budget.

Journaliste : On l’aura donc bien compris, vous contestez fermement ses propos. Pourquoi, d’après vous, Calédonie ensemble maintient-il cette analyse ? Qu’est-ce qu’il y a derrière ?
Éric Gay : Moi, je ne suis pas dans leur positionnement politique. Je sais qu’en ce moment, ils perdent pieds, leur président, le mentor, est complètement affolé parce que la situation au Gouvernement est très difficile, la collégialité ne fonctionne plus, il a une situation en justice. Il est mis en examen depuis pas mal de temps, qui fait que tout ça ne le place pas en bonne position politique. Il faut, à un moment donné, cesser de faire de l'électoralisme, et on n’est plus en campagne électorale depuis un moment. Il faudra bien qu’à un moment donné, ces gens-là l’admettent. Vous allez me parler de l’entente républicaine. On a mis en place cette entente républicaine pour pouvoir gérer les institutions. Cette situation financière que je vous parlais, on la connaissait, on en a parlée ensemble. Nous étions d’accord. Pourquoi, à ce moment-là, nous n’avons pas été sur le terrain de la polémique ? Parce qu’on avait décidé ensemble de prendre à bras-le-corps cette situation et d’essayer de trouver des solutions. Voilà. Donc, nous, il n’était pas question d’accuser qui que ce soit, puisqu’on décide, devant l’opinion publique, de dire : vous avez donné ces résultats aux élections, nous acceptons ces résultats et c’est la démocratie qui a parlé, et donc, à partir de ce moment-là, nous faisons fonctionner les institutions. Mais ça ne veut pas dire que les institutions fonctionnaient bien ou que tout allait pour le mieux. Il faut que ceux qui reconnaissent, qui ont mis la province dans une situation très difficile disent aujourd’hui : ok, on a eu de l’argent, on l’a utilisé un petit peu n’importe comment, mais aujourd’hui, il faut trouver des solutions. Alors, trouver des solutions, il y a plusieurs propositions, on pourra y revenir, sur les propositions qui ont été au Gouvernement. Moi, j’ai simplement un budget à équilibrer aujourd’hui. C’est simple ! Il y a un budget à équilibrer, c’est-à-dire, c’est mettre des dépenses et c’est mettre des recettes en face qui (?) le budget, mais surtout qui permettent à la collectivité de dégager ce qu’on appelle un autofinancement, parce qu’il faut qu’on soit crédible vis-à-vis des caisses prêteuses sur lesquelles il va falloir se retourner, parce que, je vous l’annonce aujourd’hui, mais on vous le dira peut-être plus précisément jeudi et lors du vote du budget le 21, le budget va être en équilibre. Mais pour arriver à cet équilibre, il va falloir emprunter 4 milliards. Ça, c’est la situation réelle, après, monsieur Philippe Michel peut dire tout ce qu’il veut. Et ça, c’est emprunter 4 milliards. Mais en fin de compte, pour emprunter 4 milliards, il faut que vous soyez crédibles vis-à-vis des caisses prêteuses. Et pour être crédibles vis-à-vis des caisses prêteuses, il faut qu’une collectivité comme la province, qui est une énorme collectivité, elle soit fiable. Et pour être fiable, il faut qu’elle puisse présenter, dans ses comptes, une possibilité au moins de posséder 3,5 milliards à 4 milliards pour compenser, pour être crédible vis-à-vis de ces caisses. Aujourd’hui…

Journaliste : Qu’elle ait une capacité de remboursement ?
Éric Gay : Pas de possibilités. Aujourd’hui, il y a pas de possibilités. Donc, c’est pour ça qu’il ne faut pas transformer les chiffres. Quand on dit que dans les solutions qui sont recherchées au Congrès, au Gouvernement, etc., les propositions qui sont faites, de récupération de financement avant la répartition de la clé de répartition qui est prévue dans le cadre de la loi organique, c’est le minima. C’est-à-dire, ce qui est prévu, c’est 3,7 milliards. Mais quand on a trouvé 3,7 milliards à la province Sud, on n’a pas résolu le problème. On a simplement permis à la collectivité d’avoir des recettes qui vont permettre d’équilibrer son budget. Le gros reproche que je fais à ceux qui ont géré la province précédente, non seulement c’est d’avoir dépensé sans compter, mais c’est surtout d’avoir créé des dépenses qui sont, aujourd’hui, incompressibles. Qu’ils aient dépensé pour se payer une campagne électorale, c’est une chose ! Ça, ce sont des dépenses qu’on ne revoit plus, d’accord. Mais, les dépenses qu’on revoit aujourd'hui…

Journaliste : Un exemple de dépense…
Éric Gay : Ben, le personnel. Je vais vous donner un exemple : entre 2004 et 2009, la masse salariale de la province, elle est passée de 12 à 18 milliards, plus 6 milliards en l’espace de cinq ans, c’est-à-dire plus 50 %. Quelle entreprise de Nouvelle-Calédonie, quel organisme quelconque pourrait se permettre aujourd’hui de gérer ? Tout le monde serait en faillite. Il y a qu’une collectivité qui ne peut pas être en faillite, à ce moment-là, mais en fin de compte, on y arrive presque. Sur les subventions, on parlait des subventions tout à l’heure, que monsieur Philippe Michel disait : attention, ils vont supprimer les subventions aux associations ou…
Journaliste : À la bibliothèque Bernheim, par exemple, le conservatoire…
Éric Gay : Bibliothèque Bernheim, à l'école de musique, partout, là, et sur lesquels ils ont remué un peu tout ça pour dire que nous étions contre la culture… Non, nous ne sommes pas contre la culture, bien au contraire ! Aussi bien le sport que la culture que les aides associatifs ou même l’aide médicale que je vous rappelle que nous essayons de ne pas toucher dans le budget ou tout ce qui touche dans le domaine de l’enseignement, tout ce qui touche le domaine de la jeunesse. Tout ceci a essayé d’être maintenu. Mais ces subventions, elles sont passées en 2004 à 2009 de 2 à 4,5 milliards. Donc aujourd’hui, vous allez expliquer aux gens qu’on leur a donnés pendant des années, et puis qu’on ne peut plus leur donner, parce que… C’est logique qu’ils se retournent ou qu’ils manifestent, etc. Sauf qu’à un moment donné, il faut gérer une collectivité en bon père de famille et ne pas donner plus que ce qu’on a.

Journaliste : L’entente républicaine dont vous venez de dire quelques mots, qui prévalait jusqu’à peu, est aujourd’hui une coquille vide et la guerre qui fait rage entre le Rassemblement et Calédonie ensemble commence à exaspérer un certain nombre de gens. Comment, d’après vous, y mettre fin ?
Éric Gay : Par la responsabilité de ses leaders, je crois que ce n’est pas plus compliqué que ça. Moi, je comprends les gens, la population qui peut en avoir assez de ça. Moi, ce que je vais vous dire, c’est que le Rassemblement n’est pas à l’origine de cette démarche. Nous, nous sommes en positionnement de gestion responsable des collectivités. Nos amis, Calédonie ensemble, voulant se démarquer systématiquement, politiquement d’un certain nombre de choses et faire de l’existentialisme politique, ça, c’est la motivation première de Philippe Gomès et de Philippe Michel. À partir de là, il faut créer des polémiques, il faut créer des dissensions par-ci et par-là. Il n’y a pas de guerre entre le Rassemblement et Calédonie ensemble, je tiens à vous rassurer. Et il y a des positionnements politiques, ou certains leaders politiques, au lieu de se placer dans la responsabilité, dans la gestion des institutions, dans pourquoi les électeurs les ont mis là, passent plus de temps, aujourd’hui, en conférence de presse, devant les médias, c’est le cas de monsieur Philippe Michel, moi, je ne le vois plus à la province. Je vais être franc avec vous, je ne le vois plus, plus du tout. Ça doit faire deux mois que je ne l’ai pas vu physiquement. Donc, pour un vice-président qui a en charge les secteurs de la province, c’est quand même grave, d’accord. Donc, à partir de ce moment-là, ça, ce n’est pas ce que les gens attendent de notre part. Les gens attendent de notre part que nous débattions, que nous disions les choses quand nous ne sommes pas d’accord, et moi, je peux entendre ce qui peut être dit, mais à un moment donné, les gens attendent surtout que nous prenions des décisions et que nous agissions en être responsable et surtout en responsable politique. Et c’est ce que nous allons faire de notre côté, et essayer d’éviter de rentrer dans cette politique politicienne animée par Philippe Gomès et Philippe Michel.

Journaliste : Éric Gay, merci. Je rappelle que vous êtes le premier vice-président de la province Sud.
Éric Gay : Merci.








BINGO FLNKS - JEUDI 11 NOVEMBRE

Bonjour à tous et à toutes,


un bingo est organisé par le RDO avec la participation du clan TOGNA pour collecter des pièces dans l'optique de la préparation de notre congrès du FLNKS le 03 et 04 décembre.

Celui-ci se déroulera le JEUDI 11 NOVEMBRE à partir de 9 h 00 chez SAKO a Dumbea (avec restauration sur place !!!!!!)
Merci pour ceux qui sont libre de leur participation.

Kanaky, le 11 novembre 2010

---------------------------

«  PICK-UP & COUP de CHASSE en NOUVELLE-CALEDONIE »
De: Fédération de la Faune et de la Chasse de Nouvelle-Calédoni Table ronde organisée par la Ligue des Droits de l’Homme et du citoyen de Nouvelle-Calédonie


Objet: information

À: "Fédération de la Faune et de la Chasse de Nouvelle-Calédonie"
Date: Mercredi 10 novembre 2010, 6h24


Chers Adhérents,

Nous vous invitons à regarder le film « PICK-UP & COUP de CHASSE en NOUVELLE-CALEDONIE » qui sera diffusé demain,  Jeudi 11 Novembre 2010 à 20h00 sur RFO.

Ce film porte un regard sur la vie en brousse axé autour de la chasse.
En vous remerciant et vous souhaitant bonne séance, le secrétariat de la FFCNC.

Kanaky, le 11 novembre 2010


------------------------


le jeudi 11 novembre 2010 à la FOL
ldhnc@lagoon.nc Nouméa, le 30 octobre 2010

TABLE - RONDE Jeudi 11 novembre 2010 à 18 h. à la F.O.L.

LE SENS DES MOTS
Peuple - Nation - Etat - Autonomie - Indépendance - Souveraineté

avec :
une littéraire : Dominique Jouve
un sociologue : John Passa
un anthropologue : Patrice Godin
un juriste : Mathias Chauchat
un philosophe : Hamid Mokaddem

Introduction par Elie Poigoune, Président de la LDH-NC

Nous entrons dans une période où certains mots vont prendre de l'importance. Mais ont-ils le même sens pour tous ? Quand on emploie le mot « peuple » ou celui de « nation », quelle différence ? De même, entre «indépendance » et « souveraineté » ? Et qu'est-ce qu'un « Etat » ? Quelles sont ses différentes formes ? C’est à un débat public auquel nous vous convions dans une approche transdisciplinaire. Vous pourrez poser des questions à l'issue des propos des intervenants. Vous pouvez aussi en poser dès maintenant à l'adresse : ldhnc@lagoon.nc

ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE

Kanaky, le 1er nov 2010

0 0 0 0 0 0 0 0

 


Ouverture Citoyenne en préparation de l’ AG du 20 nov 2010 le jeudi 28 octobre 2010

"Bientôt l’assemblée Générale du Mouvement, ca sera le 20 Novembre à 8:30 à l’ETFPA, à Nouville.

A cette occasion, nous voulons proposer aux adhérents et aux autres les questions de fond pour Ouverture Citoyenne :
Comment voyez vous le rôle d’Ouverture citoyenne dans le contexte politique d’aujourd’hui et à venir ?
De nombreux défis sont prévus sur cette période 2011 à 2018. Il est notamment programmé d’effectuer un bilan de l’accord de Nouméa et de réfléchir aux solutions de sortie à l’issue de cet accord. Le Bureau propose que l’A.G engage une discussion sur ces deux sujets à partir des questions suivantes :
Quel bilan tirez-vous de l’application de l’accord et comment voyez-vous la situation du pays en 2010 ?
Comment voyez-vous l’avenir ?
L’émergence d’une citoyenneté calédonienne et la construction de la cohésion sociale sont mises à l’épreuve des inégalités sociales, économiques, de la baisse du pouvoir d’achat. Quels sentiments en avez-vous et quelles sont les actions à engager ?

La discussion est ouverte ci-dessous : n’hésitez pas à vous exprimer !
L’équipe permanente

Kanaky, le 29 octobre 2010



--------------


L'aurevoir du président de l'assemblée de la Province Sud au Gouverneur colonial...

Mesdames et Messieurs les élus,
A l’occasion du départ de M. Yves Dassonville, Haut-commissaire de la République en Nouvelle Calédonie, le président Pierre Frogier vous convie à un cocktail déjeunatoire le jeudi 14 octobre 2010 à 12H00.
Je vous remercie par avance de bien vouloir me confirmer votre présence.

Bien cordialement

Hélène Varra
Chef de cabinet
Présidence de la province Sud
Tél : 25 81 74 ou 25 81 57

Kanaky, le 13 octobre 2010

-----------------

A l’odj du Bureau de l'Assemblée de la Province Sud ce jeudi 14 octobre à 8h00,

il y a ce projet de délibération autorisant le président de l’assemblée de la province Sud à déposer une plainte et à se constituer partie civile contre la société Autochoc, laquelle a abandonné sur le domaine public provincial plusieurs épaves de véhicules.

Kanaky, le 13 octobre 2010

------------


 L'axe SLUA/CNTP pour les élections à la mutuelle des fonctionnaires...

A l'occasion du renouvellement des membres de l'assemblée générale de la mutuelle des fonctionnaires, nous tenons à informer nos militants et nos sympathisants que le SLUA se présentera avec le CNTP de Gégé Jodar sur une liste d' entente!
A ce sujet, nos listes sont déposées depuis le 6 septembre 2010 chez maître Burignat et nous aurons la couleur réservée au SLUA soit mauve pâle.

                                                                                 * * * * *
Corail Vivant a tenu son assemblée générale

Bonjour,
Notre assemblée générale s'est tenue jeudi 9 septembre. Notre conseil est passé de sept à neuf membres.
Nos objectifs 2011 sont :
- Meilleure implication dans les projets de gestion du site du patrimoine mondial
- amélioration de notre communication
- un déploiement dans les trois provinces.

Veuillez noter que l'adresse postale est :Didier Baron BP 243 98870 BOURAIL.

Le contact téléphonique : +687441821 (Attention ! GMT+11)
Merci de votre attention.

Le président Didier Baron - ASSOCIATION CORAIL VIVANT - Sauvons la couleur des océans

Président : Didier BARON - BP 243 98870 BOURAIL - Phone : +687441821 - Mail : corviagcabur@hotmail.fr
Do'nt print if not necessary

Kanaky, le 11 septembre 2010

                                                                                            * * * * *
La voie du FLNKS citée deux fois dans le journal Demain...
bonsoir,
En page 6 du journal gratuit Demain (financé je crois par le RPC) le dernier numéro de la Voie du FLNKS est cité deux fois :
- La première fois, il s'agit de l'article de Ronald Frère sur le drapeau...
- La seconde fois il s'agit de l'Editorial rédigé conjointement par Sylvain et Ila qui n'a pas du tout plu à la rédaction de ce journal... Qui va jusqu'à reproduire la une de notre journal !
Merci pour la pub !
bon week end et à demain pour ceux qui peuvent.
J.France.

Kanaky, le 3 septembre 2010

                                                                                           * * * * *

Première réunion du SMTU le 7 septembre 2010 à Dumbéa

Mesdames, Messieurs, bonjour,
Nous vous informons que le premier comité syndical du Syndicat Mixte de Transports Urbains du Grand Nouméa (SMTU) est fixé au mardi 7 septembre 2010 à 14H00 en Mairie de Dumbéa.
Nous vous remercions en retour de bien vouloir nous confirmer la présence des délégués titulaires ou suppléants (pour mémoire, tableau ci-dessous).

DELEGUES TITULAIRES                DELEGUES SUPPLEANTS
Georges NATUREL                           Isabelle WERNERT
Gaël YANNO                                    Isabelle CHAMPMOREAU
Gérard VIGNES                                Luc DEVILLERS
Laurent CASSIER                              Eric ESCHEMBRENNER
Bernard DELADRIERE,                     Gérard REIGNIER,
Ghislaine LODS                                  Ronald KARNADI
Gil BRIAL                                          Nicole ANDREA-SONG
Pascal VITTORI                                Alésio SALIGA
Sylvain PABOUTY                            Roch WAMYTAN
Cordialement,
Catherine DJARIMAN
Secrétariat du SIGN.
Tél. : 24.66.08 - Fax : 24.18.97
Mail : catherine.djariman@grandnoumea.nc

                                                                                           * * * * *
Djiido, une antenne à Lifou
Djiido va inaugurer son antenne, basée à Lifou ce jeudi 2 septembre 2010 en présence de son président, Charles Pidjot et quelques membres du Conseil d'Administration.



                                                                                          * * * * *

Le Journal Kanak créé un forum...
Rejoignez le groupe de discussion sur http://kanak.forumdomtom.com et participez au forum politique du journal kanak.

Créez vos sujets de débat et faites partagez à vos proches l'espace kanak.forumdomtom.
L'équipe du kanak vous souhaite de bonnes discussions sur http://kanak.forumdomtom.com/
Kanaky, le 17 août 2010

                                                                                        * * * * *
La lever des drapeaux au dessus des institutions locales...
Normalement, il est prévu une cérémonie d'après ce qu'on m'a dit. Un camarade, Saïko s'est renseigné à la mairie et personne n'avait reçu de consigne encore. J'espère que dans les médias aujourd'hui, on aura un recap des cérémonies de samédi. On sait déjà
- Vendredi: Boulouparis
- Samedi:
. 8h00: P Sud
. (?): Farino
. 9h30 : Dumbéa
. 10h30 : Mont Dore
. 16h00 : Païta

Par contre, les communes qui vont traîner la patte sont: Moindou, Thio et La Foa.

                                              
                                                                                         * * * * *

Ouverture Citoyenne au Congrès de Calédonie Ensemble de ce samedi 31 juillet 2010
Ainsi, "Ouverture Citoyenne" aurait passé la consigne à ses adhérents à venir nombreux au Congrès de Calédonie Ensemble ! En tout cas, dans son reportage, RFO n'a pas raté Laurent Chatenay et Philippe Hnagégé... en gros plan !

Kanaky, le 2 août 2010

                                                                                         * * * * *
Le président de l'Assemblée de la Province Sud lève les drapeaux le samedi 7 août 2010 dans l'enceinte de la Province...
Madame, Messieurs,
Comme indiqué par le président Frogier lors de l’Assemblée de la province Sud le 22 juillet dernier, la cérémonie de levée des drapeaux se déroulera le samedi 7 août 2010 à 8H dans l’enceinte de l’hôtel de la province Sud.
Je vous remercie par avance de m’indiquer pour le mardi 3 août le nom des élus et des collaborateurs de votre groupe qui y assisteront.

Kanaky, le 30 juillet 2010

                                                                                                  * * * * *
Le président des pionniers qui écrit...
"VINGT DEUX ANS APRÈS
Vingt deux ans viennent de s’écouler et l’Histoire, pour une fois, se répète !
De Michel Rocard, le visionnaire, à François Fillon, le pragmatique, les Calédoniens ont pu mesurer qu’ils ont été plus ou moins épargnés.
Plus ou moins ?
Certains observateurs ont vu dans la solennité de la visite du Premier Ministre une date, un symbole. J’aurais plutôt tendance à constater la maturité et, j’ose le mot, l’élégance de toutes les composantes qui ne se sont pas contentés de vieillir ensemble mais ont relevé l’option de mûrir. Il fut une époque où innover en Calédonie signifiait se heurter, se déchirer et propager la violence. Le message du représentant de la France a eu la clarté qu’il fallait en attendre : VOTRE DESTIN EST LE VOTRE.
Alors, pourquoi attendre ?
Pourquoi s’effrayer de la nécessité d’une construction de la constitution de la Nouvelle-Calédonie par des citoyens calédoniens désormais apaisés et qui ont compris l’interdépendance de leurs avenirs ? Certes, on peut noter que quelques isolés persistent à s’enferrer et à s’agiter au mépris de la réalité. Comme disait Einstein : « il est plus difficile de désintégrer un préjugé qu’un électron « . Dans quelques jours, au plus dans quelques semaines, ils seront contraints de se rendre sous peine de disparaître ou, pire, d’être oubliés.
Merci, Monsieur le Premier Ministre, d’avoir rappelé que la France, celle que nous aimons est celle de la générosité et du cœur. Celle de la démocratie.
Les Calédoniens acceptent l’augure d’un débat de fond qui leur évitera l’humiliation d’un referendum en 2014 qui pourrait tout remettre en cause.
Car, cette fois, l’Histoire tarderait à tendre la main….
Jean-Louis VEYRET Tel. 756 755
Kanaky le 22 juillet 2010

                                                                                         * * * * *

Assemblée de province Sud aujourd'hui, jeudi 22 juillet 2010 à 9h00 avec drapeau du pays.
Une dizaine de textes dont le compte administratif 2009 qui affiche un déficit de gestion de plus de 6 milliards de F. Evidemment, le drapeau kanaky fera son entrée pour la première fois dans l'enceinte de la Province Sud au côté de celui de la France. Ce n'est pas rien quand même ! Même si certains seront tenté de minimiser l'opération...
Kanaky le 22 juillet 2010

                                                                                       * * * * *
Message de félicitation pour le drapeau reçu par une camarade, envoyé les Guyanais...
Ce matin à 11H30, j’ai reçu un SMS de la Guyane de l’ancien président de la Région, M. Antoine KARAM et son directeur de cabinet M. Marie-Josèphe PINVILLE à propos du lever de notre drapeau : « Bonjour camarades, nous avons vu flotter le drapeau de Kanaky et nous avons eu une forte pensée pour JM. TJIBAOU, Eloi MACHORO, Yeiwene YEIWENE et tous les autres. Nous avons eu également une pensée pour les autorités coutumières qui vous accompagnent dans le processus d’émancipation et enfin pour tous les combattants pour la liberté et la dignité notamment ceux du FLNKS. Bien à vous tous, un salut militant provenant de l’autre côté des océans qui ne nous séparent pas mais qui nous unissent » Antoine KARAM et Marie-Joseph PINVILLE du Parti Socialiste Guyanais.
Kanaky, le 19 07 2010

                                                                                              * * * * *

Une candidate FLNKS qui a des chances d'être au perchoir du Congrès du pays...
Caroline Marchoro-Régnier est la candidate que le groupe FLNKS présentera à la présidence du Congrès ce mardi 12 juillet 2010. La lutte intestine, acharnée, que se livrent les parties de droite, engagée de surcroît dans un Pacte Républicain, peut favoriser une présidence indépendantiste au Congrès. Par ailleurs,  si le PT a décidé de rejoindre le groupe FLNKS, il est regretable que, le partenaire naturel,  le groupe UNI puisse déposer sa liste sans au minimum contacter le groupe FLNKS...
Kanaky, le 11 juillet 2010

                                                                                          * * * * * *

INTERVENTION DE PIERRE FROGIER au VIIIème Comité des signataires de l'Accord de Nouméa - Hôtel de Matignon –24 juin 2010

Monsieur le Premier ministre,
Madame la ministre
Chers partenaires
Mesdames, messieurs
Chers amis

Les comités des signataires de l'Accord de Nouméa se suivent… mais ne se ressemblent pas !
Ils jalonnent ce chemin de 15 à 20 ans, que nous avons choisi, et emprunté depuis 1998. Ils sont influencés par le contexte du moment, et chacun d'eux est unique.
Celui-ci ne déroge pas à la règle !
Car pour ma part, j’ai décidé de ne pas perdre de vue l'exigence que nous a rappelée le président de la République lors de la cérémonie des voeux à l’Outre-mer quand il a souhaité que, "bien avant 2014, s’ouvrent des discussions pour que la consultation prévue par l’Accord de Nouméa se traduise par un résultat approuvé par une très large majorité des électeurs."
Pour mieux embrasser cette perspective, et pour lever tout malentendu lié à cette initiative, il est indispensable de remplir des cases encore vides de l’Accord de Nouméa.
Et pour bien faire ce qui reste à faire, je crois qu’il est indispensable que nous nous retournions pour mesurer le chemin parcouru et tout ce qui a été fait.
Pour se livrer à cette évaluation, nous devons garder à l'esprit que la Nouvelle-Calédonie n'est pas une collectivité comme les autres.
Elle est intrinsèquement originale.
Ce n'est plus un territoire, ce n'est pas un département, ce n'est pas non plus un pays d’outremer.
La Nouvelle-Calédonie n'entre dans aucune catégorie.
C'est une collectivité "sui generis", avec une place à part dans notre Constitution.
Et c'est cette singularité que nous devons inventer, imaginer, mettre en oeuvre, sans pouvoir nous référer à aucune situation comparable.
Ce constat doit – je crois – relativiser les impatiences des uns et des autres, atténuer les reproches de ceux qui estiment que l'on a pris du retard.
En 12 ans, beaucoup, déjà, a été réalisé.
Ce qui constitue l'originalité de la Nouvelle-Calédonie et son statut dérogatoire, ce sont ses institutions et son gouvernement collégial que nous nous appliquons à faire vivre jour après jour.
Ce sont ses lois du pays, votées par le Congrès, qui relèvent d'un dispositif normatif particulier, et qui ont une valeur quasi législative.
C'est son Sénat coutumier, qui représente les structures coutumières et leur donne une place dans les institutions.
C'est un corps électoral spécifique pour les élections aux assemblées de province et au Congrès, même si je persiste à penser – et cela n'étonnera personne – que cette réforme, telle qu'elle a été menée, ne correspond pas à ce que nous avions signé. Car nous avons perdu, en conséquence, cette idée généreuse de citoyenneté en devenir, fondement du destin commun.
Ce sont les dispositions particulières de promotion et de protection de l'emploi local, qui sont en cours d'adoption.
C'est l'exercice de compétences nouvelles par le biais d'un transfert, progressif et accompagné, de l'Etat vers la Nouvelle-Calédonie…
Dans tous ces domaines, nous avons innové, imaginé, créé, conformément à ce que prévoit l'Accord de Nouméa.
Nous avons beaucoup avancé et nous pouvons en être fiers !
Mais le travail n'est pas terminé pour autant. Nous en avons tous conscience.
Nous devons finaliser le projet de loi de pays sur l'emploi local. Un consensus a été trouvé et je reste convaincu que, sur un sujet de cette importance, il était inconcevable voire irresponsable, de passer en force. Il fallait, impérativement, prendre le temps.
Nous allons poursuivre les transferts des compétences mais, là encore, en excluant toute précipitation.
Les transferts engagent l'avenir. Ils ne peuvent être faits que dans l'intérêt et pour le bien de nos populations. Pour le meilleur et pour le meilleur seulement !
Ils doivent, aussi, être soigneusement préparés et j'en profite, monsieur le Premier ministre, pour remercier l'Etat qui – dans le transfert de l'enseignement secondaire – a accepté de nous accompagner financièrement, au-delà de nos espérances.
Nous devons, enfin – et c'est, à mes yeux, l'un des points essentiels de ce comité des signataires – "rechercher en commun des signes identitaires pour exprimer l'identité kanak et le futur partagé entre tous".
L'Accord de Nouméa énumère ces symboles : il s'agit du nom, du drapeau, de l'hymne, de la devise et du graphisme des billets de banque.
Je peux vous dire, d'ores et déjà, que pour ce qui nous concerne, nous participerons à l’adoption des conclusions de la commission spéciale sur les signes identitaires, concernant l'hymne et la devise, dès lors qu’un consensus se dégagera. Sur ces sujets, il est pour nous inconcevable qu’une majorité s’oppose à une autre.
Concernant le drapeau, vous connaissez tous ma proposition.
Je souhaite que le drapeau indépendantiste – apporté comme un symbole identitaire et culturel, débarrassé des violences du passé dont il est entaché – flotte aux côtés du drapeau de la République.
Je m'en suis déjà longuement expliqué.
Ces deux drapeaux, racontent l'histoire récente de notre communauté humaine. Ils sont l'expression de notre volonté de vivre ensemble.
Je suis persuadé que c'est autour de la reconnaissance réciproque de nos deux légitimités – antagonistes mais indissociables – que doit se bâtir le destin commun de nos populations.
Cette proposition est un signe fort d'acceptation mutuelle.
C'est aussi, pour moi, une marque de confiance à l'égard de nos partenaires de l'Accord de Nouméa.
C'est enfin – j'en suis intimement persuadé – la traduction, la continuité et l'aboutissement de la poignée de mains des Accords de Matignon.
Monsieur le Premier ministre, mesdames messieurs, j'ai la conviction que c'est renouveler l’acte fondateur du pacte social de la Nouvelle-Calédonie contemporaine.
Ces deux drapeaux – indissociables – portent, en eux, toutes les innovations institutionnelles et politiques ultérieures.
Et je sais que beaucoup, autour de cette table, l'ont déjà compris.
Alors, bien sûr, comme vous, je connais la loi organique !
Je sais qu'elle précise que ces signes identitaires permettront, à la Nouvelle-Calédonie, "de marquer sa personnalité aux côtés de l'emblème national et des signes de la République". Et je sais que, pour certains, ma proposition n'est pas entièrement conforme au texte de la loi. Mais en est-elle si éloignée ?
Et quand bien même…
On peut aller, au-delà des mots et de la lettre, pour mieux rejoindre l'esprit qui a inspiré ces dispositions.
Le drapeau national et l'emblème indépendantiste flottant ensemble, partout en Nouvelle-Calédonie, c'est, je crois, un symbole que sauront comprendre et accepter nos populations.
Ce sera, pour elles, l'assurance d'une reconnaissance mutuelle, le gage d'une avancée, le signe d'une évolution,
Un symbole qui parlera, aux coeurs et aux esprits, bien mieux que n'importe quel transfert de compétence !
Chaque Calédonien comprendra que quelque chose a changé, que l'accord de Nouméa, ce n'était pas que des mots… et qu'ensemble nous pouvons poursuivre le chemin.
Puisque nous en sommes aux signes identitaires, il en est un dont nous n'avons pas encore parlé, c'est le nom !
La loi organique indique que la Nouvelle-Calédonie "peut décider de modifier son nom".
Pour moi, c'est clair, il n'en est pas question. Je ne vois aucune raison de changer le nom de la Nouvelle-Calédonie ! C'est un héritage historique et tout le monde se reconnaît dans cette appellation.
Mais pourquoi ne pas engager une recherche toponymique pour choisir un nom kanak qui pourrait, également, désigner notre territoire ?
C'est une idée que j'avance devant vous.
Cette recherche en commun d’un avenir paisible pour nos populations a d’autant plus de sens que la Nouvelle-Calédonie a un vrai potentiel de développement.
Elle deviendra l’un des acteurs majeurs de la métallurgie du nickel.
Dans les dix ans, elle produira près de 200 000 tonnes de nickel métal, ce qui fera d'elle le 3ème producteur mondial.
Mais il faut bien reconnaître que depuis vingt ans, ce développement s'est fait sans concertation et, qu'à aucun moment, nous ne nous sommes posé la question de l'exploitation rationnelle et durable de nos richesses minières.
L’adoption du schéma minier est une première avancée.
Nous devons, par exemple, nous interroger sur l'intérêt, pour la Nouvelle-Calédonie, du partenariat avec la Corée du Sud pour le développement de l'usine du Nord.

Nous devons nous interroger sur l'attribution des titres de Prony et de Pernod. Selon quel calendrier et suivant quels principes ?
Nous devons nous interroger sur la pérennité de l'activité des centres miniers de la Côte Est afin de maintenir les exportations de latérites vers l'Australie…
Nous ne nous sommes pas, non plus, préoccupés de l'avenir des participations publiques dans les grands projets qui, pourtant, détermineront, à la fois, l'influence future dans les décisions qui seront prises et les retombées économiques quand les projets seront en exploitation.
Il nous semble donc, monsieur le Premier ministre, que malgré la logique de concurrence qui anime chacun des opérateurs, nous devons – avec l'aide de l'Etat – rechercher et encourager une coopération entre les grands acteurs.
S'agissant enfin de la gouvernance de la SLN, je vous demande, monsieur le Premier ministre, de nous aider à obtenir d'Eramet, l'application du protocole de juillet 2000 – qui a d'ailleurs été négocié dans ces murs – protocole qui prévoyait de donner, à la SLN, une personnalité propre au sein du groupe.
Rien n'a encore été fait mais, dix ans après, il n'est peut-être pas trop tard.

Je vous le disais, il n'y a jamais eu de réflexion cohérente sur la manière dont la Nouvelle-Calédonie devait gérer ses richesses minières, mais je constate que nous avons agi de la même manière, à un niveau moindre, bien sûr, dans la plupart des secteurs de développement.
Qu'il s'agisse d'aquaculture, de tourisme, de desserte maritime ou aérienne… nous avons lancé des projets sans jamais les intégrer dans une réflexion d'ensemble.
Nous avons agi chacun de notre côté, nous avons mené des stratégies séparées et – hélas ! – nous en payons aujourd'hui les conséquences.
Le développement économique, relevant des trois provinces
Je ressens la nécessité de mettre en place une structure informelle qui permette aux présidents des trois provinces de se retrouver et de parler, pour tendre vers une plus grande cohérence territoriale de réflexions et d'actions.
Cette structure existait jusqu’en 1998, elle a disparu depuis.
Et ce n'est malheureusement pas, au sein du gouvernement, que peut se développer cette réflexion commune.
Là aussi, il me semble – et je m'adresse à mes deux autres collègues – qu'il est encore temps de créer cette instance qui nous permettra de nous retrouver

A ce stade, je souhaite évoquer les difficultés financières de la Province Sud. Chacun d'entre vous connait la donne.
Avec 75 % de la population, et 50 % seulement, des dotations institutionnelles, la Province Sud est structurellement déficitaire et en danger. Et je pèse mes mots.
Je le réaffirme devant vous : nous ne pouvons pas supporter une augmentation mécanique de nos dépenses de fonctionnement et de nos charges sociales, sans contrepartie ou sans recettes nouvelles. J'ajoute que la province Sud est trop ouvertement défavorisée dans la négociation des contrats de développement. Monsieur le Premier ministre, entendez-moi ! Dans la perspective du contrat 2011-2015, il est indispensable que l'Etat augmente son taux d'intervention, faute de quoi, nous serons dans l'incapacité d'assurer notre part de financement. Les Accords de Matignon et de Nouméa avaient pour vocation le rééquilibrage, ils n'ont pas été signés pour pénaliser et appauvrir la Province Sud.
Je comprends les intérêts, les besoins et parfois même les exigences des deux autres provinces, mais je veux que vous compreniez mon inquiétude et que vous la partagiez. Et si l'on refuse de toucher à la clef de répartition, il faut trouver d'autres solutions mais je vous mets en garde solennellement : ce déséquilibre ne peut perdurer éternellement.
Le Comité des signataires est une instance éminemment politique. Il a été institué pour veiller au suivi de l'application de l'Accord de Nouméa. C'est un lieu privilégié d'échanges entre signataires historiques. Mais il est aussi de notre responsabilité de préparer l'avenir, d'imaginer la suite, de proposer un épilogue, accepté par tous, à l'Accord de Nouméa.
Il est temps, aujourd'hui, de commencer à rechercher les voies qui nous permettront d’y arriver. Qui d'autre que nous, aurait la légitimité pour le faire ?
Ma conviction – et celle du Rassemblement – c'est d’ancrer la Nouvelle-Calédonie dans la France, en lui donnant sa propre personnalité.

C'est dans cette perspective que j'ai commencé à esquisser une proposition qui prévoit que la Nouvelle-Calédonie assume une très large autonomie de gestion et choisisse – librement – de confier à la République l'exercice des compétences régaliennes.
C'est l'une des pistes à explorer. Je sais que ce n'est pas la seule mais il faut que nous en parlions. Lorsque nous allons réfléchir sur la suite de l'accord de Nouméa, sur les modalités de la consultation prévue après 2014, sur les conséquences éventuelles des transferts de compétence, je souhaite que nous retrouvions l'état d'esprit qui nous a animés lorsque nous avons négocié l'Accord de Nouméa. En ce qui nous concerne, nous souhaitons que cette réflexion et ces discussions – entre nous – soient l'occasion de revenir aux fondamentaux, aux sources de l'Accord de Nouméa. Nous connaissons l'architecture des accords et leurs points d'équilibre. Nous savons les concessions réciproques que nous avons consenties pour aboutir. Nous sommes aujourd'hui encore imprégnés de l'esprit qui a présidé à leur signature.
Je me souviens encore de ce qui nous animait quand, ensemble, nous avons discuté, débattu, négocié pour aboutir à cette solution inédite, novatrice, à cet accord exemplaire que nous devons aujourd'hui parfaire.
Croyez-le. C'est cet état d'esprit et ce comportement que nous adopterons demain quand nous devrons ouvrir ces discussions sur l'avenir.

Avant de conclure, je veux rappeler que nos compatriotes sont prêts à une solution institutionnelle novatrice.
Depuis 1998, aucun élément déterminant n'est intervenu et je veux insister, une nouvelle fois, sur le symbole fort que représenterait l'association du drapeau national et de l'emblème indépendantiste.
Ma conviction – je vous le répète – c'est que ces deux drapeaux – indissociables – portent, en eux, toutes les innovations institutionnelles et politiques ultérieures de la Nouvelle-Calédonie.
Monsieur le Premier ministre, ce symbole pourrait être l'apport du gouvernement de la France – de votre gouvernement – au processus que connaît la Nouvelle-Calédonie.
Et pour terminer, permettez-moi de répéter ces quelques mots que j'ai adressés, il y a peu, au Président de la République, en souhaitant que la France n'oublie pas que le bleu de ses drapeaux français et européen est, aussi, celui de son horizon ultramarin.

Je vous remercie.
 
---------------------------------------------------
 
 
Colloque sue LE DROIT CONSTITUTIONNEL CALEDONIEN à l'Université de la Nouvelle-Calédonie

Organisé par le Laboratoire de Recherches Juridiques et Economiques (LARJE) à l'UNC, les 12-13 juillet 2010

. Programme des conférences

Lundi 12 juillet
Matin : Cérémonie d'ouverture
- 9h : - Accueil des participants

- Discours du président du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Philippe Gomès
- Discours du Haut Commissaire Yves Dassonville
- 10h30 : Conférence inaugurale : L’implication du droit constitutionnel dans l’évolution statutaire de la Nouvelle-Calédonie (Pr Dominique Rousseau, université de Montpellier I)

Après-midi (14h-17h) : Le droit constitutionnel et l'Accord de Nouméa- Les expériences étrangères en matière d’Etats complexes dans le Pacifique (Pr Guy Agniel, université de la Nouvelle-Calédonie)
- Le statut constitutionnel de la Nouvelle-Calédonie (Félicien Lemaire, maître de conférence à l'université d'Angers)
- Le pouvoir constituant peut-il réviser l'Accord de Nouméa ? (Christophe Chabrot, maître de conférences aux universités de la Nouvelle-Calédonie et de Lumière-Lyon 2)
- Le principe d’irréversibilité constitutionnelle de l’organisation politique de la Nouvelle-Calédonie (Pr Mathias Chauchat, université de la Nouvelle-Calédonie)
- Débat

Mardi 13 juillet

Matin : Le régime politique de la Nouvelle-Calédonie
- La nature du régime politique calédonien (Pr Thierry Renoux, université Paul Cézanne d'Aix-Marseille III)
- Monocamérisme ou bicamérisme ? (Carine David, maître de conférences à l'université de la Nouvelle-Calédonie)
- Un « fédéralisme » interne en Nouvelle-Calédonie ? (Nicolas Clinchamps, maître de conférences à l'université Paris 13 Villetaneuse )
- Citoyenneté et Souveraineté (Anne-Sophie Michon-Traversac, Docteur de l'université Paris II)
- Débat

Après-midi (14h-17h): Le droit constitutionnel calédonien et le juge
- Le contrôle des lois du pays par le juge constitutionnel (Régis Fraisse, responsable du service juridique du Conseil constitutionnel)
- Le droit constitutionnel calédonien dans la jurisprudence des tribunaux administratifs de Nouvelle-Calédonie et de Mata-Utu (Jean-Paul Briseul, rapporteur public au tribunal administratif de Nouvelle-Calédonie et de Mata-Utu)
- Les normes coutumières et le juge judiciaire (Etienne Cornut, maître de conférences à l'université de la Nouvelle-Calédonie)
- Débat
- Mot de conclusion!"

Lieu : Université de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, site de Nouville, amphi 400
site Internet : http://www.univ-nc.nc/

Organisation :
Coordonnateur : C. Chabrot
Equipe organisatrice du LARJE : Pr G. Agniel, Pr M. Chauchat, Pr S. Sana, C. Chabrot, C. David
contact : christophe.chabrot@univ-nc.nc
tel : 00.687.75.63.14
site internet : http://larje.univ-nc.nc/

!
RRB va déménager... incessament !
La radio du RUMP est entrain, peut-être, de faire ses cartons. Non, elle n'a pas été expulsée. Ne nous trompons pas de radio ! Le déménagement forcé, c'est plutôt Océane, la radio de Calédonie Ensemble, qui, après avoir été expulsée, est ménacée aujourd'hui d'existence même du fait de la non attribution d'une subvention de la part de la Province Sud...
Non, RRB va déménager pour aller juste plus bàs, vers Clémenceau, une rue en parallèle... dans l'immeuble de la phamarcie Centrale, celle qui a été rachetée il y a quelques années par la Mutuelle des Fonctionnaires à la famille Lenormand.
Kanaly, le 3 juillet 2010


Murielle Malfat aurait-elle depuis  les faveurs de la Province Sud ?
En principe, le Bureau de l'Assemblée de la Province Sud a adopté cette aide ce matin…
«Rapport n° 977-2010/BAPS: Projet de délibération attribuant une subvention au syndicat des locataires et propriétaires de Nouvelle-Calédonie pour un montant de 500 000 francs à titre de participation aux différentes actions que le syndicat se propose de réaliser pour l’année 2010

C'est sûrement la traduction d'un engagement qu'aurait pris Armand Leder, conseiller spécial du président de la Province Sud, envers la Murielle Malfat. Rappelons que ce conseiller special était présent au rassemblement organisé par le syndicat, samedi dernier à la salle omnisport de Rivière Salée. Par ailleurs, il faut savoir que plus de 500 personnes étaient présents à ce rassemblement. Reste à savoir ce qu'en pense Georges Naturel, le maire actuel de Dumbéa ?
Kanaky, le 2 juillet 2010

 

 Le député G.Yanno défend le drapeau kanaky lors du Comité des Signataires à Paris
Mécontents parceque P.Gomès a pris la parole et pour marquer son opposition à la proposition de Frogier sur la levée officielle des deux drapeaux, les membres de la délégation du RUMP avec le président de la Province Sud en tête ont quitté la salle de réunion... Sauf le député G.Yanno. C'est même lui qui a défendu la proposition de Frogier avec un couplet étonnant sur le drapeau kanaky !
Grosse surprise, mais agréable dans les rangs des indépendantistes que cela puisse venir d'un homme considéré jusqu'à présent représenté l'aile droite du RUMP...
Kanaky le 29 juin 2010

Quasiment l'armée mexicaine à Paris pour le comité des signataires de ce jeudi 24 juin 2010
La liste en vrac: Charles Pidjot, Antony Lecren, Julien Boanemoa, Damien Yeweine, Victor Tutugoro, René Porou, Gérad Poadja, Datim, Pierre Ngaihoni, Roch Wamytan, Gilbert Tuyenon, Néko Hnépéune, Pierre Frogier, Eric Gay, Bernard Deladrière, Harold Martin, Simon Loueckhote, Sonia Backes, Cameron Diver, Pierre Maresca, Cyntia Ligeard, Isabelle Champmoreau, Pinpin, Paul Néaoutyine, André Némia,Isabelle Ohlen, Pascale Panchou, Corine David, Pascal Vittori, Alesio Saliga, Antoine Spisser, Philipe Mouton, Sonia Lagarde, Philippe Gomes...et Vanessa !!!!
Kanaky le 24 juin 2010


Le FLNKS sera bien présent à l'ONU
Parallèlement à une participation la réunion du comité des signataires qui aura lieu à Paris le 24 juin, le FLNKS envoie une délégation à New York... Cette délégation est composée de Caroline Régnier-Machoro, Guy Pascal et de Philippe Ajahpunya.
Kanaky le 19 juin 2010

Leone Saliga, un pro-Gomès passé dans le camp de l'ennemi
Leone Saliga, considéré jusqu'à présent comme un pro-Gomès, est le président actuel de l’association regroupant les ressortissants du royaume de Sigavé en Nouvelle Calédonie. Alors président de la Province Sud, Gomès avait déjà arrosé son association. Pendant la campagne électorale pour les provinciales l’année dernière, ce président aujourd’hui du gouvernement avait promis que s’il était réélu à la présidence de la Province Sud, il prendrait en charge financièrement, pendant 5 ans, les indemnités coutumières des « responsables » des villages, vivant en Nouvelle Calédonie.
Aujourd’hui, notre cher Leone Saliga fait partie de la délégation RUMP, désigné par P. Frogier, pour le comité des signataires à Paris.
Le vendredi 18 juin 2010

Ainsi, il y aurait deux  nouveaux camps qui s’opposeraient au-delà de la question de l’indépendance du pays !
D’un côté, le RUMP, l’Avenir Ensemble et l’UC et de l’autre côté, Calédonie Ensemble et le Palika. De ce fait, on pourrait supposer légitimement que cette nouvelle ligne de démarcation est une conséquence logique de l’Accord de Nouméa. Et, que cela présage des visions divergentes sur l’avenir de notre pays.


Mais, lorsqu’on s’attarde un peu sur la question, on s’aperçoit que les divergences se formalisent et se cristallisent surtout sur la manière d’aborder le prochain comité des signataires qui aura lieu à Paris le 24 juin. Pour les uns, il faut commencer à évoquer l’après 2014. Pour les autres, il ne faut traiter que de l’application de l’Accord de Nouméa.
Pour un simple citoyen, ces différentes préoccupations peuvent y être abordées à Paris dans la mesure où elles sont étroitement liées.
La question de l’après 2014 peut être débattue sans engager qui que ce soit. Qui peut croire sincèrement qu'en deux heures, nos grands cerveaux vont plier le destin de la Kanaky à l'occasion d'un comité des signataires ?Mais, ce sera un début car il faut bien un commencement ! Et, puis, cela va faire plaisir à Sarko, n'est ce pas Frogier ?
Et, le point sur l’application de l’Accord de Nouméa est naturellement incontournable puisque l’objet même d’un comité des signataires est bien celui-là !
Résultat : il n’y a pas péril en la demeure ! Est-ce que, pour vendre leur papier, ce sont plutôt les médias qui en font un peu trop ? Peut-être ? Mais, ils ne doivent pas non plus nous servir de boucs-émissaires...
Ce qui est sûr, c’est que cette situation, une fois de plus, ne joue pas en faveur du FLNKS. Mais, pas du tout !


Tout est fait pour diviser. Et, on s'en accomode...Kanaky le 5 juin 2010,
Incroyable ! Au moment où Madoy écrit ces lignes, on ne sait toujours pas si la ministre des colonies, Mme Penchard, va s'entretenir ou pas avec le FLNKS en tant que tel. Il est certain que demain, dimanche, elle va recevoir l'UC à 17h00 et le Palika séparément... Mais, en même temps, Madoy se dit "comment s'en étonner puisque, l'autre fois à Paris, c'était le même chose... On a dit à vous !!!

1er Congrès de la jeunesse kanak à Bangou...Pierre N'gaiohni, le vice président du gouvernement du pays, étant en déplacement en France, c'est sa jeune collaboratrice, Jeannette Bolé, qui était chargée de faire le discours en son nom, à l'ouverture du 1er Congrès de la jeunesse kanak à la tribu de Bangou ce matin. Madoy espère publier son intervention incessament sous peu dans le blog.
Vive la jeunesse kanak qui n'hésite pas à suppléer les "anciens" en attendant... Elle se prépare à assumer.

Le drapeau français flottant à côté du drapeau indépendantiste
C'est la proposition que Pierre Frogier soumettra au Comité des signataires le 22 juin. Pour le député, ils sont "indissociables et représentent l'histoire récente de la NC". Selon lui, "1 nouveau drapeau peut aussi nous mener à l'indépendance et ça je n'en veux pas". Le Président Sarkozy aurait trouvé l'idée "géniale". Déclaration de P.Frogier sur RNC ce mardi.

Du consensus retrouvée pour les présidences des commissions au CES

En effet, lors du vote pour la présidence au Conseil Economique et Social, deux camps se sont affrontés: les pro-Tissandier, candidat de Gomès et les pro-Togna, candidat du RUMP. Et, c'est Tissandier qui l'a emporté. Mais, en réalité, beaucoup de membres du CES ont plutôt voté contre Togna, et à défaut pour Tissandier, pour la simple raison qu'il était le candidat officiel du président du gouvernement. Ils ont voulu faire ce dernier pour son arrogance et son mépris affichés en permanence vis à vis de tout le monde...

Retranscription "mot à mot" RRB 1 JUIN 2010 / MAT – CES

Journaliste : Dernière étape dans l'installation du nouveau conseil économique et social. Les membres du CES se sont retrouvés hier pour élire les présidents de leurs neuf commissions intérieures. Une liste de consensus que nous découvrons :
Journaliste : La commission du développement économique de la fiscalité et du budget est présidée par Jean-Claude Brésil, la commission des affaires coutumières par Robert Poinri. C'est Octave Togna qui préside la commission de l'agriculture, de l'élevage, des forêts et de la pêche. Charles Kali préside la commission de la culture, de la jeunesse et des sports. Jean-Louis Leclerc, celle de l'aménagement, des infrastructures, des transports et du cadre de vie. La commission de l'enseignement est présidée par Christophe Coulson. La commission des mines, de la métallurgie et des énergies est présidée par Jeanine Descamp. Et enfin, la commission du développement touristique est présidée par Anne-Marie Hervouët. Ces deux dernières commissions ont été crées pour cette nouvelle mandature.


Desserte maritime sur Kunié
Néko le président de la Province des Îles attend avec impatience le président de la Province Sud, qui doit rentrer aujourd'hui ou demain, pour discuter sur la desserte maritime sur Kunié. Il croit savoir que Brétégnier, président de Promosud, joue un jeu dangereux dans cette affaire et que P. Frogier ne serait pas en totale harmonie avec ce dernier. Il est vrai que "Bret", selon les intimes, est un peu un électron libre voire un sniper...

Rapport sur le projet d'implantation d'un lycée dans la région "oubliée"...Le cabinet de l'architecte kanak, Macate Wenehoua, rendra le rapport final sur le projet d'une implantation d'un lycée dans la région Centre qui concerne l'aire Xaracùù et une partie de celle Ajié-Arô. Ce rapport est commandé par le Conseil Coutumier Xaracùù qui se base sur un rapport réalisé par le même cabinet en 2007. La volonté partagée par le Conseil Coutumier Xaracùù, le groupe FLNKS Sud et l'UGPE est que le dossier soit inscrit à l'ordre du jour du prochain comité de signataire de juin.


Séance des jeunes leaders du Pacifique au Congrès...Pour tester de la qualité de la retransmission prochainement en direct des débats au Congrès, visionnez la séance des leaders du pacifique qui s'est déroulée le mardi 18 mai.
http://ncrichpub.endirectv.com/window.php?FEN_ID=2659&email=undefined



Journée nationale du Palika 2010
Le Palika organisera sa journée nationale le 31 juillet 2010 à Pouébo, commune de la Province Nord. C'est la section jeunesse, le Conseil National des Jeunes du Palika (CNJP) qui l'animera.


Retransmission sur internet les débats au Congrès...Après les caméras de la mairie de Nouméa, voilà les caméras au Congrès... Au nom de la transparence, 4 caméras sont installées au Congrès pour pouvoir retransmettre sur internet les débats publics au Congrès. Dès la prochaine séance prévue le 2 juin, les internautes pourront les suivre. Les habituels élus abstentionnistes vont sûrement rappliquer. Les élus dormeurs traditionnels en plein séance commencent à paniquer...
Le 25 juin 2010



Vu dans Kanaky On Line (KOL)----- Message transféré ----
De : oué Touho
À : kanaky@yahoogroupes.fr
Envoyé le : Lun 24 mai 2010, 21h 08min 55s
Objet : Re : [kanaky] Rock Wamytan voit bien LKU à Paris

Faut maintenant qu'il se coordonne avec son bureau politique, c'est à dire l'UC...


--------------------------------------------------------------------------
De : Elékonë Xulué
À : kanaky@yahoogroupes .fr
Envoyé le : Lun 24 mai 2010, 20h 50min 05s
Objet : [kanaky] Rock Wamytan voit bien LKU à Paris


Les Nouvelles
Rock Wamytan voit bien LKU à ParisTous à Paris. Président du groupe FLNKS au Congrès et militant de l’Union calédonienne, Rock Wamytan s’est dit « personnellement » favorable à voir représenter le Parti travailliste au prochain comité des signataires. « Il ne faut pas restreindre le Comité aux seuls signataires physiques ou partis (politiques) », pointe le grand chef coutumier.
« Il faut, à mon sens, maintenant intégrer les représentants des forces politiques en présence. Il ne faut écarter personne. » Un intérêt politique se cacherait-il derrière la proposition ? « Non », répond l’intéressé. Associer à la haute réunion parisienne le mouvement de Louis Kotra Uregei - par ailleurs signataire des accords Oudinot - « est une question de bon sens et de principe », estime Rock Wamytan.

Echo du dernier comité directeur de l'UC à Koné du samedi 21 mai 2010
Un des ministres FLNKS, de l'UC, Yann Devillers, a été pris à partie par les militants UC sur la position "abérrante" de conditionner le vote de la convention-cadre de transfert de compétences à un bilan de la mise en oeuvre de l'Accord de Nouméa.

WAMYTAN à Paris après les autres...

Dernier à prendre l'avion pour aller rencontrer Marie Luce Penchard, la secrétaire d'Etat des colonies, à 22 000 km, le chef du groupe FLNKS au Congrès, Roch WAMYTAN,  devrait rentrer au pays aujourd'hui, dimanche.
Espérons qu'il pourra synthétiser les positions divergentes étalées, sans d'état d'âme, par les deux délégations FLNKS (PALIKA et UC) à Paris devant le gouvernement français.